Calames

23 AV 33 1 Témoignage d'un technicien à l'entreprise Saint Louis sucre de Marseille, à propos de sa carrière professionnelle depuis 1980 dans la raffinerie et de l'évolution de l'entreprise

Date : 2015-12-08
Description physique : 1h 22min.
Description : L'informateur est né en 1959 à Marseille, il est embauché à l'entreprise Saint Louis en 1980 mais y avait déjà fait un stage en 1977 (1 min). Il débute sa carrière au conditionnement et détaille son premier poste à la coiffeuse, qui consistait à mettre le couvercle sur la boîte. Il renseigne en même temps sur le trajet du sucre après le raffinage, les étapes avant qu'il arrive à la coiffeuse, puis les suivantes (4 min). En 1982, il a l'opportunité de partir à la raffinerie. L'informateur énumère brièvement tous les postes qu'il a occupés à la fabrication, avec une coupure en tant que mécanicien d'entretien pendant dix ans. Il décrit ensuite les différentes étapes par lesquelles passe le sucre brut jusqu'à ce qu'il soit raffiné pour faire du sucre blanc (8 min). Aujourd'hui, la raffinerie ne produit plus de sucre roux alors que c'était le cas avant, il explique ce changement auquel il a assisté (14 min). Il aborde à présent le premier poste qu'il a occupé à la fabrication, celui de l'essorage bas-produit et témoigne de l'autonomisation progressive des machines depuis les années 90. Il en vient à décrire son second poste à la fabrication, celui de la filtration. Ce travail demandait un grand effort physique à l'époque mais les machines ont là aussi remplacé le travail manuel (16 min). Le poste qu'il occupe actuellement est à la cristallisation et décoloration. Il explique alors le process de cristallisation et décrit l'étape de la moyenne cuite (en cours pendant l'entretien) en s'appuyant sur les tableaux des ordinateurs. Il aborde l'apprentissage de ce nouveau poste. Un binôme l'a formé pendant deux mois et si ce poste n'était pas trop difficile, il a néanmoins dû apprendre la gestion automatisée par ordinateur (23 min). Il explique maintenant les actions qu'il mène lorsqu'il s'occupe de la décoloration et parle des normes à respecter. Puis, il détaille le processus de la décoloration et renseigne sur les changements de pratiques qui se sont effectués avec les normes européennes (29 min). L'informateur parle ensuite des adaptations qu'a dû faire l'entreprise suite à l'évolution du marché et aux campagnes anti-sucre. Elle s'est alors davantage tournée vers la production de sucre en vrac pour l'usage industriel plutôt que la production de sucre en morceaux (36 min). Il revient sur l'apprentissage sur le tas qu'il a reçu auprès des anciens et témoigne malgré tout de l'accaparement du savoir par certains. Il évoque l'investissement qu'il a dû fournir dans son travail (38 min). L'informateur parle à présent des relations de travail qu'il juge très bonnes, il évoque l'entraide avec les autres employés et la hiérarchie. Les conditions de travail sont ensuite abordées, notamment les efforts faits concernant la sécurité et l'hygiène. Il relate alors les accidents du travail qui lui sont arrivés et les horaires en 3/8 (42 min). Il renseigne sur les innovations importantes qu'il a connues, notamment à la décoloration où les résines synthétiques ont remplacé les ossements d'animaux (48 min). Il explique ensuite qu'il fait appel à ses sens olfactifs pour travailler. Il peut voir à l'oeil si une cuite se passe bien, à la couleur du sirop. Il détaille les compétences que nécessite le travail à la fabrication et le compare avec ses autres postes : conditionnement et mécanicien d'entretien (50 min). L'informateur s'exprime sur son rôle de formateur lorsqu'il a été amené à transmettre son savoir à la nouvelle génération qui a intégré l'usine. Il témoigne ensuite de l’attachement à son métier, au fait de travailler le sucre, et de la fierté d'avoir pu évoluer (54 min). Il aborde le travail de son père qui était chef de quart au conditionnement, au moment où lui est entré à Saint Louis. Il discute ensuite du lien avec le quartier, de l'importance que représentait l'entreprise pour ses habitants et du changement d'ambiance qu'il a perçu dans ce dernier (59 min). L'informateur donne son avis sur le rachat de l'usine par le groupe Südzucker et explique les conséquences de ce rachat. Il évoque ensuite le projet alternatif que les employés veulent mettre en place pour éviter que la raffinerie ne ferme. Le sucre roux était importé des DOM-TOM, ce qui a créé des liens avec les dockers qui font aussi partie de ce projet (1h 06 min). L'informateur parle à présent de la grève de 1982 à laquelle il avait participé et en vient à aborder les dernières grèves qui ont eu lieu suite à l'annonce de la fermeture (1 h 14 min). Il finit par parler des différentes directions qu'il a connues et exprime son regret de voir fermer la raffinerie, car pour lui c'est un savoir-faire qui s'en va (1h 17 min).
Ancienne cote : MMSH-PH-5163
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : qualité sonore de l'enregistrement : bon
Conditions d'utilisation : Consultation libre et réutilisation non commerciale autorisée
Documents en relation : Un historique de l'entreprise Saint Louis Sucre et un relevé des sources d'archives y ayant trait sont disponible à l'adresse :
Reproduction(s) numérique(s) : Document numérisé disponible en ligne :
Auteur : Trémoliere, Pierre
Sujet : Saint Louis sucre
Sucre -- Raffineries
Südzucker Symposium (23 ; 1996 ; Bad Dürkheim, Allemagne)
France -- Territoires et possessions
Années 1980
Années 1990
Lieu de production : Aubagne (Bouches-du-Rhône)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/