Calames

MMSH-PH-4792 Entretien dans le cadre de l’ANR-COLOSTRUM auprès d’une femme âgée de 33 ans ayant accouché de son premier enfant dans la ville de Phnom Penh au Cambodge

Date : 2014-11-25
Description physique : Durée : 36 min .
Description : L'entretien a été enregistré à l’hôpital Calmette (Phnom-Penh, Cambodge), trois jours après l’accouchement du premier enfant d'une femme de 33 ans, ouvrière dans l’industrie textile. La mère de l’informatrice et son mari interviennent ponctuellement au cours de l’enquête. La discussion est difficile à comprendre à cause de travaux effectués dans les locaux de la maternité le jour de l’enregistrement. L’enquête débute sur le retour de la mère dans sa chambre suite à l’accouchement et sur les retrouvailles avec son nouveau-né de retour du service de néo-natalité car il souffre d’une malformation au visage (bec-de-lièvre). Au cours de l’entretien, un homme entre dans la chambre et discute avec l’enquêtrice. L’entretien reprend sur le handicap de l’enfant qui ne peut pas allaiter à cause de cette malformation et il ne peut pas prendre le biberon. La mère de l’informatrice explique que pour le nourrir, elle lui donne le lait artificiel à la cuillère (goutte par goutte). L'informatrice précise qu’elle n'a pas encore essayé de l'allaiter mais qu'elle sent venir la montée de lait. L’informatrice explique que c’est son mari qui est allé chercher l’enfant au service de néo-natalité. Elle ajoute qu’elle ne sait pas si dans ce service, ils ont donné à manger à son enfant. L'informatrice raconte que c’est son mari qui a reçu des informations de la part du personnel soignant, concernant les moyens à utiliser pour alimenter son enfant. Elle n'a pas encore donné le colostrum. Le choix de la maternité Calmette pour son accouchement est abordé ainsi que les raisons émisent par le corps médical sur la malformation de son enfant. La mère explique également qu’elle souhaite reprendre le travail. Elle raconte également que sur son lieu de travail, les mères ont le droit à une heure de pause par jour pour l’allaitement. L’enquêtrice pose ensuite des questions sur le colostrum. L’informatrice ne sait pas comment est produit le colostrum. La mère de l’informatrice intervient dans la discussion en précisant qu’avant le colostrum n'était pas donné et qu'il était jeté car on pensait qu’il provoquait des infections. Elle précise également que les enfants étaient mis au sein deux jours environ après la naissance. La mère de l’informatrice précise que l’on donnait également un peu d’eau à l'enfant durant ses deux jours. L’informatrice explique qu'elle a entendu parler pour la première fois du colostrum à la télévision à travers une publicité. L’enquêtrice lui demande ensuite ce qu'elle a appris de la formation qui a été donné par la compagnie de lait du commerce. L’informatrice rapporte que la formation parlait de l’alimentation des femmes enceintes et que le lait du commerce était bon pour stimuler la moelle épinière et le cerveau du bébé. Elle a également bu du lait de la compagnie. Elle précise qu’elle donne du lait artificiel car elle n’a pas de lait mais elle pense que le colostrum rend intelligent. A la fin de l’enquête, l’enquêtrice discute avec la mère de l’informatrice qui s’occupe du nouveau-né le temps que sa fille se repose. Elles abordent le fait que la famille n'a pas eu le droit d'accéder au service de néo-natalité pour voir l’enfant. Elles discutent également sur le sujet des aliments qui peuvent favoriser la montée de lait de la mère comme les médicaments et les fruits. Elles abordent également le méconium de l'enfant. L’enquête se termine sur le sujet de l’avortement.
Ancienne cote : CA/ENTME/017/A
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : Mauvais
Reproduction(s) numérique(s) : Numérisation disponible en ligne
Reproduction(s) numérique(s) : Numérisation disponible en ligne
Auteur : 1246
Sujet : Relations sage-femme-patient
Fente labiale
Handicap
Biberons
Moelle épinière
Cerveau
Méconium
Avortement

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : Documents administratifs librement communicables (Code du Patrimoine, art. L. 213-1)
Un contrat a été signé avec chaque informateur/trice (excepté pour un entretien qui a été interrompu). Un contrat est en cours de signature avec l’enquêtrice et la traductrice

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/