Calames

MMSH-PH-4967 Entretien dans le cadre de l’ANR-COLOSTRUM auprès d’une psychologue pour adolescents officiant dans le service maternité de l’Hôpital de Cochabamba en Bolivie

Date : 2014-11-06
Description physique : Durée : 60 min.
Description : La psychologue interrogée déclare s’occuper de patientes adolescentes âgées de 10 à 19 ans, dans un centre différent de la maternité où les jeunes mères viennent souvent accompagnées du père de leur enfant. Elle explique que les jeunes mères ont souvent peur de leur propre violence envers leurs enfants car elles éprouvent beaucoup de difficultés, notamment la naissance de plusieurs enfants alors qu’elles sont encore adolescentes. On voit ici le cas d’une adolescente de 14 ans qui en est à sa troisième grossesse. La psychologue a l’habitude de prendre en charge toute sorte de patientes : des campagnes (quechua ou aymara), des villes, périurbaines, de classes moyennes, qui ont subi des viols et sont confrontées au VIH. Elle aborde avec ces jeunes mères les questions de la sexualité, de la contraception et elle fait la promotion de l’allaitement (pour créer du lien). Elle donne aussi des cours de psychoprophylaxie (préparation psychologique permettant d’éviter la survenue de réactions nuisibles à l’organisme). L’informatrice rapporte que ces jeunes filles sont surprises par la transparence du colostrum. Elles pensent que ce n’est pas du lait et ne savent pas ce que c’est. Elles disent souvent que "comme de l’eau" donc pour elles le colostrum n'a pas d'utilité. C’est en général au contact d’autres mères à la maternité qu’elles apprennent ce à quoi sert le colostrum. On ne parle pas de plaisir dans la culture quechua (seule une jeune fille ayant été violée et qui avait un enfant avec malformation congénitale a parlé de plaisir en allaitant). Les filles parlent de leur propre violence et du mal qu’elles ont à se considérer comme de bonne mère : reproduction du mauvais traitement qu’elles ont elles-mêmes reçu. Certaines de ces jeunes refusent l’allaitement en cas de viol, elles ne veulent pas avoir de contact avec l’enfant surtout quand elles sont très jeunes (préadolescentes). L’informatrice explique l’influence de la domination masculine sur ces jeunes mamans. Elle continue en décrivant le rôle des pères : passifs, éloignés de la famille etc. Les jeunes femmes se mettent à travailler et finissent par gagner plus que l’homme, ce qui créé des problèmes d’identification de genre. L’informatrice précise également que les pères ne connaissent pas bien la question l’allaitement et encore moins le colostrum. Selon l’informatrice, avoir une relation sexuelle est un droit exercé par l’homme sur la femme, c’est le devoir de la femme d’avoir une relation.
Ancienne cote : BO/ENTME/026/F
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : Moyen
Reproduction(s) numérique(s) : Numérisation disponible en ligne
Reproduction(s) numérique(s) : Numérisation disponible en ligne
Auteur : 1404
Sujet : Mères adolescentes
Viol
VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine)
Sexualité féminine
Enfants maltraités

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : Documents administratifs librement communicables (Code du Patrimoine, art. L. 213-1)
Tous les intervenants n'ont pas signés de contrats. Un contrat est en cours de signature avec l'enquêtrice

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/