Calames

MMSH-PH-2424 Souvenirs d'un ancien boucher de Collobrières sur son métier et la vie au village

Date : 1978-12-18
Description physique : 1 cass. 1h27min.
Description : Annie-Hélène Dufour s'entretient auprès d'un ancien boucher de Collobrières. L’informateur rappelle que la population de Collobrières était beaucoup plus importante au début du XXème siècle. Près de 500 sur les 2500 habitants du village travaillaient dans la fabrication des bouchons de liège. Deux cercles étaient installés, un cercle modéré et le cercle de l’Avenir, socialiste, bien placé sur la place de la mairie. Il décrit le village groupé autour de la vieille ruine, vieux monument classé aux Monuments historiques, et qui tire son nom de la rivière Colobris ("couleuvre" en latin). Il rappelle à ce sujet que dans tous les villages, il y a des châteaux ou des chapelles au sommet et il cite Cogolin, Grimaud, Cuers. L'informateur explique que le bas du village daterait du XVIIIeme siècle et que le quadrillage des rues est visible sur le cadastre de 1825. Dans le village, il y avait quatre bouchers, il existait des abattoirs particuliers, plus ou moins autorisés, pas très salubres. Il parle ensuite des maisons dotées d'une pompe pour alimenter la pile, c'est-à-dire l'évier. L’eau est arrivée plus tard, la source des Condamines à côté du cimetière ayant été captée pour alimenter deux fontaines dans le village. La première prise d’eau eut lieu en 1898. Ensuite il aborde les qusetions d'hygiène et explique qu'il existait quatre vidoirs dans le village pour les seaux hygiéniques. Les sources étaient parfois polluées à cause des bêtes mortes et cela provoquait des cas de fièvres typhoïdes. Pour le vin, il n’y avait pas de coopérative encore. Chaque maison avait sa cuve. Quand la lie s’était déposée, on mettait en tonneau, puis en octobre à la Saint-Martin, on mettait en bouteilles, selon le proverbe en patois “san martin embresque tes figues et tape tou vin” ("À la saint Martin, goûte tes figues et bouche ton vin"). Il évoque ensuite les lieux de sociabilité comme le cercle républicain tenu par un gérant rétribué et précise que les cercles étaient fréquentés par tous, contrairement aux cafés où les femmes n’allaient pas. Les gens jouaient aux cartes, il y avait des soirées, des jeux de loto, des réunions politiques aussi, des repas, l'aïoli, la bouillabaisse (ex le jour des conseils de révision), les "castagnades", les fêtes de la châtaigne. L’enquêtrice et l’informateur regardent des photographies et les commentent.
Ancienne cote : F2520 et F2521
Documents en relation : Les photographies consultées durant l'entretien sont celles rassemblées au sein du document coté AHD-1-I-15, numérisées et mises en ligne sur MédiHal : « Maquette d'un ouvrage sur Collobrières ».
Auteur : Pellegrin ( M.)
Sujet : Bouchers
Collobrières (Var)
Clubs
Abattoirs
Typhoïde
Vinification
Gestion des ressources en eau

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/