Calames

MMSH-PH-3274 Montage d’extraits de journaux télévisés ou radio autour de l’opération “Paix en Galilée”

Date : 1982
Langue : françaisarabe
Description physique : 1 cass. 59 min.
Description : L’enregistrement regroupe plusieurs extraits de journaux télévisés ou radio, en français et en arabe, traitant de l’opération “Paix en Galilée” en 1982 (il s'agit très probablement d'extraits diffusés par la station de radio Qol Israël). Les premiers extraits évoquent plutôt le point de vue des civils israéliens et la situation avant l’entrée de l’armée israélienne dans Beyrouth-Ouest. Tout d’abord, une femme, présidente du “Comité des femmes contre la guerre au Liban” (association israélienne) exprime son soutien aux soldats de Tsahal, quelque peu démoralisés, en même temps que son désir de voir la guerre s’arrêter. Ensuite est évoquée la question du Tourisme en Israël en temps de guerre. Selon le responsable du budget du ministère israélien du tourisme, la guerre n’a pas affecté immédiatement les visites des étrangers, mais il craint que la situation ne s’aggrave par la suite et souhaite pour y remédier mettre en place des programmes (notamment en France) pour rassurer quant à la situation sécuritaire du pays. Dans un autre extrait, un Libanais dénonce “l’occupation palestinienne armée” et l’occupation syrienne du Liban. Selon lui, l’intervention israélienne peut permettre le retrait des Palestiniens et des Syriens. A l’issue de cette opération, il souhaite que chrétiens et musulmans au Liban se mettent d’accord pour une reconnaissance mutuelle de leurs droits. Un autre journaliste fait état d’une réunion du Conseil des ministres israéliens sur l’entrée de Tsahal dans Beyrouth-Ouest, projet qui suscite l’opposition du groupe travailliste israélien. Par la suite, un journaliste s’entretient avec Camille Chamoun, du Front libanais, qui exprime son souhait de voir les Palestiniens cesser leur lutte armée au Liban. Il se dit sceptique quant à l’éventualité d’une solution autre que militaire pour régler le problème de Beyrouth-Ouest. En ce qui concerne la conclusion d’un traité de paix entre le Liban et Israël, Chamoun considère cela comme impossible du fait des engagements du Liban au sein de la Ligue des Etats arabes, mais il n’exclut cependant pas la possibilité d’un autre accord entre les deux pays. Le journaliste évoque ensuite la démission d’Alexander Haig de son poste de secrétaire d’Etat, incident qui inquiète le gouvernement israélien du fait que Haig est considéré comme “l’un des plus fervents défenseurs d’Israël”. Un autre extrait évoque le rôle des organisations humanitaires dans le conflit, en prenant pour exemple l’opération “Une ambulance pour Israël”, lancée à l’initiative des juifs de Belgique, et visant à aider tous les blessés de la guerre quelle que soit leur nationalité. Par la suite, un entretien journalistique, d’une dizaine de minutes, auprès d’une femme israélienne rend compte du sentiment d’une partie de la population civile israélienne vis-à-vis de la guerre. Cette femme, née en Israël, exprime ses doutes quant à la nécessité d’une telle guerre. Par ailleurs, elle fait part de son sentiment que la guerre est une constante dans l’histoire de son pays, l’amenant à penser que c’est “le destin du peuple juif” que d’être toujours en conflit. Les extraits qui suivent sont en languearabe et se présentent sous forme de témoignages de combattants qui se sont rendus à l’armée de défense israélienne au Liban. Ainsi, dans un premier entretien journalistique, un officier du Fatah raconte qu’à l’arrivée de l’armée israélienne à Saïda, ses supérieurs ont fui vers Beyrouth. Lui-même s’est réfugié dans un village des environs durant quelques jours, puis est retourné à Saïda pour se rendre à l’armée israélienne. Il raconte qu’il a été très bien traité après sa reddition. Par ailleurs, il invite les combattants palestiniens de Beyrouth à se rendre afin d’éviter toute perte humaine supplémentaire, sachant que la bataille est de toute façon presque finie. Il précise qu’il tient un tel discours du fait de sa responsabilité en tant qu’officier et non à cause de pressions de la part de l’armée israélienne. Le dernier témoignage est celui d’un soldat syrien, responsable de la sécurité du camp palestinien al-Bass (dans la région de Tyr), sous le contrôle de l’Organisation pour la libération de la Palestine. Il raconte que lors des opérations israéliennes dans le Sud, il se trouvait à Tyr, mais que ses responsables ont pris la fuite. Il a alors mis des vêtements civils et s’est rendu à la Croix-Rouge. Il raconte sa reddition, qui s’est bien déroulée, et s’adresse à sa famille en Syrie pour l’assurer qu’il se porte bien. L’enregistrement se termine sur de la musique classique.
Ancienne cote : F2991
Auteur : Chamoun, Camille (1900-1987)
Sujet : Télévision -- Émissions de nouvelles
Radio -- Émissions de nouvelles
Liban -- 1982-1985 (Intervention israélienne)
Beyrouth (Liban) -- 1982 (Siège)
Israël. Defence forces
Ligue des États arabes
Haig, Alexander Meigs (1924-2010)
Secours aux militaires blessés ou malades en temps de guerre
Al Fath
Ṣaydā (Liban)
Tyr (Liban ; région)
Capitulation militaire
Liban -- 1975-1990 (Guerre civile) - Israël -- Territoires occupés
Secours aux civils victimes de guerre

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/