Calames

CNRS IHTP ARC 112 Contribution à la connaissance de l’histoire du département et de la résistance dans l’Yonne pendant la guerre 1939-1945

Date : 2002
Description : Ce mémoire dont la rédaction est achevée en 2002, se présente sous la forme d’un commentaire critique de l’histoire de la résistance dans l’Yonne, une sorte d’histoire « revisitée » de la résistance dans l’Yonne. D’entrée de jeu, Roger Pruneau explique sa démarche en reprenant les formules qu’il employait pour rédiger ses diverses demandes de dérogation de consultation d’archives : « Motivation : étude critique par rapport aux écrits déjà parus sur la Résistance dans l’Yonne. Méthode : juxtaposition de textes cités et référencés et des écrits prétendant présenter la vérité historique ». Ses recherches participent d’une remise en cause de l’historiographie de la Résistance dans l’Yonne qui prédominait jusqu’à présent. C’est tout particulièrement sur les ouvrages de Robert Bailly que R. Pruneau exerce sa critique. Robert Bailly, militant communiste, ayant eu des responsabilités au sein de la direction, et dont les publications étaient, dans les années 1980, la référence obligée de l’histoire de la Résistance dans l’Yonne. Teintée de sentiments anticommunistes, cette étude minutieuse et rigoureuse (tous les textes cités sont référencés : Archives départementales de l’Yonne, Archives nationales, SHAT) apporte des éclairages inédits. Une introduction généraliste est suivie de neuf chapitres. Cinq sont consacrés à l’occupation allemande (de juillet 1940 à fin août 1944), trois concernent l’après Libération, dans le dernier, intitulé « aux références reconnues » l’auteur propose une relecture de certains ouvrages. Longuement, dans l’entrée en matière et parfois à l’intérieur du texte, il s’interroge sur la nature de l’activité communiste entre juin 1940 et juin 1941. N’aurait-elle pas été plutôt une opposition au gouvernement qu’une activité anti-allemande ? Il revient également sur l’amalgame qui a trop longtemps été fait entre la résistance des communistes dans l’Yonne et la Résistance dans l’Yonne. Il est amené à revoir à la baisse l’importance de la part des communistes dans la Résistance sénonaise. Pour étayer ses thèses, R. Pruneau s’appuie sur quelques affaires marquantes de la Résistance dans l’Yonne et à la lumière de ses recherches dans les archives ouvre d’autres perspectives. Seront repris ici, à titre d’exemple quelques-unes d’entre elles : l’affaire Ringenbach et la répression anticommuniste du printemps 1942 (l’arrestation par la Gestapo de Jean Ringenbach, responsable communiste régional, le 29 janvier 1942 a entraîné quelques semaines après l’arrestation d’un grand nombre de responsables du parti communiste dans les départements de l’Yonne et de l’Aube. Considéré comme un traître par les communistes et présenté ainsi dans les premiers ouvrages sur l’Yonne, il s’avère qu’il aurait bien donné des noms sous la torture, mais seulement trois semaines après son arrestation, ce qui aurait pu laisser le temps à ses proches de prendre les précautions d’usage, ce qui n’a pas été fait) ; les événements de l’automne 1943 : arrestations ou assassinats (Marc Bizot, la famille Rondeau, Jean et Lucien Paquet, l’adjudant Louis Busset, démantèlement du réseau PIC…) tous liés à la trahison de Marius Guillemand, dit Étienne, agent double ; l’action d’infiltration d’Henri Dupré « Gilho », (adhère au PC en 1936 et devient membre des Brigades internationales) il était en fait un agent de l’Abwehr depuis juillet 1940 et a été responsable d’un grand nombre d’arrestations. Le cas de René Grégoire, (commissaire divisionnaire aux renseignements généraux à Auxerre à partir de 1941), accusé d’intelligence avec l’ennemi et d’arrestations de résistants, et qui a été exécuté le 5 juin 1945, après un procès au cours duquel la charge communiste a été forte ; s’il est toujours reconnu que Grégoire était un farouche anticommuniste, il apparaît aujourd’hui qu’en « fermant les yeux » sur divers actes de résistance, des secteurs ont pu été épargnés.
Producteur du fonds ou collectionneur : Pruneau, Roger
Biographie ou Histoire : Roger Pruneau est né en 1925. Il s’engage, dès l’âge 18 ans, dans la résistance du nord de l’Yonne, sans affiliation particulière, il effectue des tâches diverses pour le compte de plusieurs organisations (stockage de matériels, faux papiers, plans de terrains de parachutage puis maquis).
Producteur du fonds ou collectionneur : Pruneau, Roger
Sujet : résistance
Yonne

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : Communication sur demande motivée, respectant les souhaits du donateur et les éventuelles restrictions d'accès. Consultation sur place uniquement. Pour votre première consultation, afin de vous inscrire, veuillez vous munir d'une pièce d'identité (carte d'identité ou passeport). En raison de la délocalisation temporaire des fonds, un délai de 48 heures est à prévoir pour la consultation des archives, une fois la demande de communication instruite.
La photocopie n'est pas autorisée. La photographie sans flash est en principe autorisée, sous conditions. Toute publication ou reproduction est soumise à autorisation, dans le respect de la réglementation en vigueur concernant le droit de la propriété intellectuelle.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/