Calames

51 CDF 1-96 Fonds Gabriel Millet

Date : 1845-1953
Langue : français
Description physique : 29 boîtes ; 30 cartons de plaques de verre. 8.70 ml.

Organisme responsable
Collège de France, Service des archives

Description : Le fonds est constitué de documents relatant les deux activités principales de Gabriel Millet, à savoir l'enseignement et la recherche. Pour le premier, on trouve en effet à la fois les notes de préparation et les cours professés à l'École pratique des Hautes Études et au Collège de France. En ce qui concerne la recherche, sont présents dans le fonds les photographies réalisées lors de ses missions, quelques carnets de notes, et les notes ainsi que la documentation utilisées pour la publication d'articles et d'ouvrages. De plus, on note également la présence de plusieurs carnets de dessins et aquarelles réalisés par Sophie Millet lorsqu'elle accompagnait son époux durant ses missions. Enfin, on trouve dans ce fonds des documents liés à la vie personnelle de Gabriel Millet, tels que des correspondances témoignant de son implication dans des évènements organisés par des associations serbes en France.
Description :
Domaine : Art byzantin.
Lien vers l'instrument de recherche sur Salamandre
Biographie ou Histoire :
Fortuné Eugène Gabriel Millet, plus communément appelé Gabriel Millet, naît le 17 avril 1867 à Saint-Louis de Sénégal, où son père, colonel d'infanterie de marine, est en garnison. Orphelin à 18 mois, il est ramené en France et sa grand-mère se charge de son éducation. Il commence ses études à Nice, puis les poursuit à Paris. Après deux ans comme maître auxiliaire au lycée Saint Louis, suivis de deux ans au lycée Henri IV, il est agrégé d'histoire en 1891.
Membre de l'École française d'Athènes entre octobre 1891 et octobre 1895, puis membre hors cadre jusqu'à décembre 1899, il effectue plusieurs missions en Italie, Turquie, Russie et Grèce, notamment au Mont Athos. A partir du 7 décembre 1899, il est nommé maître de conférences à l'École Pratique des Hautes Études dans la Section des sciences religieuses. Dès cette date, il fait entrer ses documents personnels dans l'établissement et constitue ce qu'il nomme "Collection chrétienne et byzantine", qui représente un ensemble de 3000 plaques photographiques, aquarelles, tirages sur papier, reproductions d'objets et plans divers, et qui s'agrandit par la suite grâce à des dons. Pendant deux ans, il y donne un cours intitulé "Histoire de l'Église chrétienne", puis "Littérature chrétienne et histoire de l'Église" jusqu'en 1907. A cette date, Gabriel Millet devient directeur d'études adjoint de cette Section, puis directeur d'études le 14 février 1914. Son cours s'intitule alors "Christianisme byzantin et archéologie chrétienne", et ce jusqu'à son départ à la retraite en 1937. Il entreprend des nombreuses missions archéologiques, se rendant à plusieurs reprises en Serbie, en Grèce et en Yougoslavie. Il obtient notamment d'accompagner l'armée française en Orient, et dépose par la suite 5000 clichés aux Archives de l'Armée d'Orient.
Il obtient le titre de docteur ès lettres en 1917, avec deux thèses, qui ont été retardées par le début de la Première Guerre mondiale. Sa thèse principale s'intitule "Recherches sur l'iconographie de l'Évangile aux XIVe, XVe et XVIe siècles", et est illustrée par 670 dessins réalisés par sa femme Sophie Millet, qui l'accompagne dans ses missions. Sa thèse complémentaire est quant à elle intitulée "L'École grecque dans l'architecture byzantine".
Le décret présidentiel du 20 mai 1926 le nomme professeur titulaire de la Chaire d'esthétique et d'histoire de l'art du Collège de France à partir du 1er novembre de la même année. Il succède à Gustave Schlumberger et est maintenu à ce poste jusqu'à son départ à la retraite en 1937, date à laquelle il est nommé professeur honoraire.
Au cours de sa carrière, Gabriel Millet est nommé à plusieurs académies, telles que l'Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres en 1929, et universités étrangères. Il est ainsi docteur honoris causa de l'Université de Belgrade, membre correspondant de l'Académie des Sciences de Russie ou encore membre d'honneur de l'Académie Roumaine.
Bien que ses travaux d'histoire de l'art constituent la part la plus considérable de son œuvre, il s'intéresse à tous les champs de la civilisation byzantine : l'hippodrome de Constantinople, les poésies liturgiques, les monnaies, les plombs, les inscriptions grecques et slaves du Mont Athos, ou encore les broderies byzantines. Sa recherche met en avant l'existence d'écoles, régionales ou intellectuelles, d'inventions d'artistes, de traditions dans les images byzantines, prouvant alors l'existence d'une filiation des thèmes iconographies dans le temps et dans l'espace. Il est l'auteur de nombreux ouvrages, tels que "L'Ancien art serbe en 1919, "Broderies religieuses de style byzantin" en 1947 ou encore "La Dalmatique du Vatican" en 1945, et publie de nombreux articles, dans des revues telles que le "Bulletin de correspondance hellénique" avec "Inscriptions byzantines de Trébizonde" paru en 1896, ou dans des recueils tels que "Mélanges Schlumberger" paru en 1924, dans lequel il écrit "Sur les sceaux des commerciaires byzantins". De plus, il se fait l'éditeur d'une série de monographies dans une collection intitulée "Byzance et l'Orient, Études d'art médiéval". Neuf volumes écrits par des auteurs qu'il choisit paraissent, analysant des monuments d'art byzantin, mais aussi roumain, arménien, slave ou encore syrien. Cette collection et son catalogue sont poursuivis par ses successeurs.
Gabriel Millet meurt le 8 mai 1953 à Paris.
Provenance :
Une partie du fonds a été conservé par l'IMEC de 2000 à 2013 avant de rejoindre les locaux du Collège de France.
Une seconde partie du fonds fut conservée par l'Institut d'études byzantines rattaché au Collège de France. Les deux tiers des documents étaient alors conservés dans le bureau d'un byzantiniste depuis 1986, tandis que ceux en rapport avec les inscriptions du Mont Athos étaient utilisés pour la publication de la collection Archives de l'Athos, après avoir été transférées par un étudiant de Paul Lemerle suite aux évènements de Mai 68.
Modalités d'entrée dans la collection : Dans son testament, Gabriel Millet lègue sa bibliothèque et toute sa documentation au Collège de France.
Producteur du fonds ou collectionneur : Millet, Gabriel (1867-1953)
Auteur : Millet, Gabriel (1867-1953)
Illustrateur : Millet, Sophie
Sujet : Art byzantin
Technique(s) : photographie
dessin
peinture
Genre(s), forme(s) et fonction(s) : cours
correspondance
Types de documents : texte manuscrit
image fixe

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/