Calames

68 CDF 1-79 Fonds Alain Horeau

Date : 1930-1992
Langue : Langues des unités documentaires : français, italien et espagnol
Description physique : 16 boîtes. 5.00 ml.

Organisme responsable
Collège de France, Service des archives

Description :
Ce fonds regroupe des archives variées qui permettent d'appréhender la carrière d'Alain Horeau en tant que professeur, administrateur et chercheur au Collège de France. Une importante collection de manuscrits, tapuscrits annotés et de supports de cours des années 50 aux années 80 est conservée. La correspondance présente dans ce fonds est d'une part une correspondance administrative, reçue et envoyée par Alain Horeau dans le cadre de ses fonctions de professeur et de directeur du laboratoire de chimie des hormones, mais aussi dans le cadre de ses fonctions d'administrateur du Collège de France. D'autre part, le fonds comprend de la correspondance scientifique, classée par expéditeur, qui montre les relations entre Alain Horeau et d'autres professeurs et personnalités savantes. On a également un aperçu de la grande activité de conférencier international d'Alain Horeau à travers les textes, lettres et programmes des colloques auxquels il a participé. Quelques dossiers contenant des comptes-rendus de réunion, des photographies portent sur l'académie des Sciences et de la société française de Chimie, dont Alain Horeau était membre. Sur son activité de chercheur, le fonds contient une vingtaine de cahiers de laboratoire, des demandes de brevet et des publications.
Domaines : Chimie, Médecine.
Lien vers l'instrument de recherche sur Salamandre
Biographie ou Histoire :
Alain Horeau est né le 11 juin 1909 à Nantes. Il effectue ses études secondaires au lycée d'Oran. Après l'obtention de son diplôme d'ingénieur-chimiste en 1930, il entre dans le laboratoire du professeur Vavon à l'Institut chimique de Nancy. Il y prépare sa thèse de doctorat universitaire, dont le sujet est l'étude de quelques dérivés et substitués de la cyclopentanone et du cyclopentanol et qui est publiée en 1933. Il se forme ensuite dans le laboratoire de chimie organique du professeur Delépine au Collège de France et travaille avec lui sur les hydrogénations catalytiques. En 1937, il publie un article "Sur l'hydrogénation de quelques carbonylés par le nickel recouvert des métaux de la famille du platine. Influence d'un alcali". La même année, il entreprend des études à la Faculté de Pharmacie et effectue des recherches sur les acides biliaires. Mobilisé en septembre 1939, il s'engage ensuite volontairement dans le Service des poudres en qualité de sous-lieutenant jusqu'en juillet 1940.
A partir de novembre 1940, il est nommé préparateur temporaire au laboratoire de Chimie organique. Son intérêt et ses compétences dans le domaine novateur de la chimie des hormones le poussent à rejoindre l'équipe formée par le professeur Robert Courrier dans son laboratoire de morphologie expérimentale et d'endocrinologie. Il en devient le sous-directeur en décembre 1941. Alain Horeau entreprend avec succès la synthèse de la première hormone sexuelle artificiellement radioactive, la thyroxine, en collaboration avec Robert Courrier et Frédéric Joliot.
Durant les années suivantes, un important travail d'expérimentation, mené sur les œstrogènes artificiels, avec Jean Jacques, l'amène à découvrir les propriétés très actives de l'acide diméthyléthylallénolique. En 1951, il soutient sa thèse de docteur ès sciences naturelles intitulée "Structure moléculaire et activité œstrogène : étude de quelques cétones-phénols et de quelques acides phénols".
En 1955, suite à la mise à la retraite de Charles Dufraisse, Robert Courrier propose la transformation de la chaire de chimie organique en chaire de chimie organique des hormones. Dans son rapport de présentation en faveur de son projet, il met en avant l'absence totale de structure de recherche en France consacrée à cette discipline : "J'estime qu'il nous faut une chimie hormonale officielle, qui ne cache rien de ses trouvailles". Le 7 mai 1956, Alain Horeau est nommé professeur au Collège de France. A la fin des années 1950, l'enseignement d'Alain Horeau porte principalement sur les stéroïdes, les corticoïdes, leurs structures et leur synthèse, ainsi que sur les hormones artificielles. En 1961, il invente une nouvelle méthode, dite par dédoublement partiel, utilisée dans la détermination des configurations pour laquelle il se voit décerner la médaille d'argent du CNRS. Son cours de l'année 1962-1963 est ainsi consacrée aux "Synthèses asymétriques et dédoublements".
Le laboratoire qu'il dirige, très actif, compte en 1965 un personnel permanent composé d'un sous-directeur, deux assistants, un préparateur temporaire et plusieurs techniciens auxquels sont associés une quarantaine de chercheurs. Pendant une dizaine d'années, Alain Horeau dispense un cours intitulé "Récents progrès en chimie organique et hormonale", titre volontairement large qui lui permet d'inviter des chimistes renommés aux domaines de recherches variés et novateurs. En 1969, il fait venir au Collège S. D . H. R. Barton, professeur au Royal College of Science de Londres et Prix Nobel cette même année pour sa théorie des conformations. Le séminaire qu'il y donne est intitulé "Quelques aspects de la chimie des produits naturels". Alain Horeau lui-même participe à de nombreux colloques internationaux, comme la conférence européenne de stéréochimie de Bürgenstock, à laquelle il participe régulièrement entre 1965 et 1976. Il est élu membre de l'académie des sciences en 1977.
Alain Horeau aborde également la stéréochimie, s'intéresse au calcul des pouvoirs rotatoires, et aux problèmes de chiralité, thèmes qu'il développe jusqu'à la fin des années 1970, axant son cours sur l'origine du pouvoir rotatoire et les problèmes de chiralité.
En parallèle de sa carrière scientifique, Alain Horeau occupe des responsabilités grandissantes au sein même de l'administration du collège de France. En juin 1970, il est nommé vice-président délégué de l'Assemblée des professeurs. Puis, lors de la séance du 17 mars 1974, il est élu administrateur pour trois ans, et est reconduit dans ses fonctions jusqu'en 1980.
Outre ses fonctions au sein du collège de France, Alain Horeau s'implique fortement dans différentes structures visant à promouvoir la chimie française. Il devient président de la Société chimique de France (1974-1976), puis de la fédération française de Chimie (1979). La fédération française de Chimie regroupe à l'origine huit associations de chimie et l'Union des industries chimiques. Son but est d'assurer une représentation commune de l'ensemble des scientifiques de la chimie auprès de différents acteurs et de coordonner des actions, activités et manifestations. En 1982, il est nommé vice-président de la fondation de la maison de la Chimie et président du Conseil national de Chimie de 1977 à 1986.
Provenance : Ce fonds intègre : les archives de l'IMEC, les documents auparavant cotés en 22 CDF, les archives cotées en 29 CDF ( anciennement fonds Horeau).
Producteur du fonds ou collectionneur : Horeau, Alain (1909-1992)
Auteur : Horeau, Alain (1909-1992)
Sujet : Chimie
Médecine
Technique(s) : photographie
Genre(s), forme(s) et fonction(s) : cours
correspondance
Types de documents : texte manuscrit
image fixe

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/