Calames

H 73 Novelles de Léon VI / Exercitatio de nudis pactis

Date : Fin du XVe siècle
Langue : Grec, ancien ( -1453)
Description physique : Papier. A la tête et à la fin, il y a quatre feuillets non numérotés. Il manque deux feuillets au cinquième quaternion, qui, par conséquent, ne comprend aujourd'hui que les folios 39-46, et cinq au sixième, comprenant les folios 47-51. Le chiffre 5 (VIequaternion) n'est pas de la main du calligraphe. Entre les folios 50 et 51, la trace d'un feuillet coupé, comme il est dit dans une note ajoutée à la fin, folio 81, b: « Il a été reconnu, le 18 mars 1835, que ce manuscrit se compose de quatre-vingt-un feuillets exactement numérotés, le titre ajouté non compris ; et qu'il manquait deux feuillets entre les nos 36 et 37, et un feuillet entre les nos 50 et 51. H. Kühnholtz, bibliothécaire ». Le volume entier est écrit de la même main, à longues lignes, 30 environ par page. Le calligraphe ne s'est pas nommé, mais on reconnaît facilement l'écriture ferme et nette d'un Grec instruit, probablement réfugié en Italie, qui a indiqué, au haut de chaque première page, par des lettres ayant une valeur numérique, le nombre des cahiers ou quaternions, qui doivent être de dix feuillets chacun. Sur un carré de papier collé sur le plat intérieur de la couverture, on voit gravées des armes qui ne sont pas celles du président Bouhier. Celles du manuscrit de Montpellier sont d'azur à la croix engrelée d'or, chargée en cœur d'un tourteau de gueule, ledit tourteau chargé d'une étoile d'argent, et cantonnée de quatre paons d'or rouants. Les armes de Jean Bouhier, président à mortier au parlement de Dijon, étaient d'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux croissants d'argent, et en pointe d'une tête de bœuf d'or. In-folio. La couverture est en parchemin jaune et flexible.
Description : Sur le premier feuillet, à la tête du volume, on remarque en haut un ancien no 997, et plus bas une notice en latin, qui paraît avoir été écrite vers la fin du XVIIe siècle. Sur le recto du quatrième feuillet, qui précède immédiatement le commencement du texte, on lit ce titre de la main de Bouhier :

LEONIS VI IMPERATORIS
CONSTANTINOPOLITANI
CONSTITUTIONES NOVELLÆ CXIII.
ITEM
ANONYMI Mελέτη περὶ τῶν ψιῶν
συμφώνων,
SEU EXERCITATIO DE NUDIS PACTIS.
CODEX MS.
BIBLIOTHECÆ BUHERIANÆ
B. 149.
MDCCXXVII.

Provenance : Fonds de Bouhier, B. 149
Autre support : Des éléments de décor du manuscrit ont été numérisés par l’IRHT. Ils sont consultables dans la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux.
Bibliographie :
Les novelles de l'empereur Léon le Philosophe contenues dans ce volume ont été publiées, d'après un manuscrit de la bibliothèque de Heidelberg (Codex Palatinus), coté no 387, dans le recueil intitulé : Impp. Justiniani, Justini, Leonis, Novellæ constitutiones... studio Henrici Scrimgeri Scoti [Genevæ], 1558, in-fol.Voyez sur cette publication G. A. Beck, Liber singularis de Novellis Leonis, earumque usu et auctoritate, ed. C. F. Zepernick ; Halæ, 1779, in-8o, p. 330-361 et 366-372. L'Exercitatio de nudis pactis se trouve imprimée, d'après un manuscrit appartenant à François Pithou, dans Juris græco-romani tam canonici quam civilis tomi duo, Johannis Leunclavii Amelburni v. cl. studio ex variis Europæ Asiæque bibliothecis eruti, latineque redditi : nunc primum editi cura Marquardi Freheri, Francofurti, 1596, in-fol. t. II, p. 192, comme Bouhier a eu le soin de le marquer dans une note marginale et autographe, fol. 74, b. Un peu plus bas, à la même page, le même Bouhier a ajouté une autre note se rapportant au nom Στεφάνου cité dans le texte : Stephanus ille, legum interpres insignis, sæpius in Basilicis laudatur. Le texte des Novelles donné par Henri Scrimger, et celui de l'Exercitatio publié par Leunclavius, nous paraît en général assez correct ; toutefois, notre manuscrit offre quelques bonnes leçons qui pourraient servir à rectifier plus d'un passage des Novelles. La collation entière de notre volume avec les textes imprimés serait donc d'autant plus à désirer que les manuscrits contenant le recueil complet des 113 Novelles de l'empereur Léon sont extrêmement rares. On n'en connaît jusqu'à présent que trois, savoir : 1o Le Codex Palatinus, dont nous avons parlé plus haut, et d'après lequel a été faite l'édition de Scrimger ; 2o le manuscrit no 179 de la bibliothèque de Saint-Marc de Venise; 3o celui de Montpellier. Plusieurs jurisconsultes des siècles derniers parlent d'un manuscrit des Novelles de Léon, qu'ils nomment Codex Augustini, no 185. Nous ne l'avons pas compté ici, car peut-être il n'est autre que celui de Montpellier.
Aussi ce dernier a-t-il été souvent mentionné par les calligraphes et les jurisconsultes. Nous ne citerons de ceux-ci que F. A. Biener, Geschichte der Novellen, Berlin, 1824, in-8o, p. 551 et suiv. et p. 617 ; Hænel, Catalogus librorum manuscriptorum Galliæ, Helvetiæ, Belgii, etc. Lipsiæ, 1830, in-4o, col. 239 ; C. E. Zachariæ, Historiæ juris græcoromani delineatio, Heidelbergæ, 1839, in-8o, p. 51, où l'on trouve à la note 22 une courte et assez exacte description de notre manuscrit.
Au reste, nous ne parlons pas ici des manuscrits contenant une ou plusieurs Novelles extraites de ce recueil, mais de ceux qui renferment la collection complète, qui est aujourd'hui de 113 Novelles, comme nous venons de le dire ; du moins, aucun des trois manuscrits cités n'en offre davantage. Mais à la mort de l'empereur Léon, arrivée le 11 mai 911, il en existait un nombre bien plus considérable.
Dans le Prochiron auctum, titre XL, chap. CCXXXII, se trouve la citation suivante : Ζήτεικαὶ τὴν σανεαρὰν τοῦ Φιλοσόφου βασιλέως, περὶ τοῦ μὴ εἷναι ἰδιωτικὴν φυλακην. Quære etiam novellam ducentesimam priman imperatoris Philosophi, ne sit privatus carcer.
Il est vrai que du temps de Matthieu Blastarès, vers 1305, on n'en comptait déjà plus que 120. Voici ce que dit Blastarès, dans la préface de son Tableau par ordre alphabétique (Σύνταγμα κατὰ στοιχεῖον) des canons des conciles et des lois des empereurs, publié dans le tome II du Synodicon de Guill. Beveregius (Beveridge), Oxoniæ, 1672, in-fol. : Πεποίηκε δὲ καὶ οὗτος νεαρὰς διαδάξεις εἴκοσι πρὸς τοῖς ἑκατόν. Fecit autem ille (Leo imp.) Novellas constitutiones viginti supra centum.
Harlfinger (Dieter), Camillscheg (Ernst) Repertorium der griechischen Kopisten 800-1600, Teil 2 : Handschriften aus Bibliotheken Frankreichs und Nachträge zu den Bibliotheken Grossbritanniens, Vienne, 1989.
Monnier (H.) La Novelle L de Léon le Sage et l’insinuation des donations, extrait de Mélanges P. F. Girard, Paris, 1912.
Montiès-Farcy (Sophie) Les manuscrits grecs de Montpellier (Bibliothèque Interuniversitaire) : mise en valeur d’un fonds mineur, Mémoire de maîtrise en Histoire de l’art et Archéologie, Université d’Aix Marseille 1, 1999.
Noailles (Pierre), Dain (Alphonse) Les Novelles de Léon VI le Sage, Paris, 1944, pp. XXVII – XXX.
Omont (Henri) Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, Catalogue des manuscrits grecs, Paris, 1886, p. 45.
Repertorium Der Handschriften des Byzantinischen Rechts, Francfort, 1995.
Propriétaire préc. : Bouhier

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : Les collections patrimoniales sont accessibles sur justification d'une recherche.
Toute publication ou reproduction est soumise à autorisation.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/