Calames

Fonds Association des femmes jounalistes (AFJ), 7 AF

Date : 1981-2005
Langue : français
Description physique : Avant le classement, le fonds mesurait presque 4 mètres linéaires (ml). Il était conditionné dans 34 boîtes d’archives de 8 et 10 centimètres et dans un grand carton (de déménagement). À l’issue du classement, le fonds ne mesure plus qu’environ 3,60 mètres linéaires (ml) (36 boîtes). Ce fonds se compose essentiellement d’archives papier, dont une nombreuse documentation de travail qui ne représente pas des archives produites par l’association (c’est une documentation rassemblée par l’association). Il comprend également des documents audiovisuels : 56 cassettes audio et une cassette vidéo. Il y a aussi des documents iconographiques : 148 photographies et 42 diapositives, et des documents informatiques : 5 disquettes. Les documents sont en bon état puisqu’ils sont récents même si quelques-uns sont détériorés (des fax s’effacent peu à peu et ne sont quasiment plus lisibles).

Organisme responsable
Bibliothèque universitaire d'Angers
5 rue Le Nôtre
49045 Angers cedex
Tél. 02 44 68 80 14
bu.univ-angers.fr/contact
Site web de la bibliothèque d'Angers

Description :
Ces documents vont de 1981, date de création de l’association, à 2002 et couvrent de façon plutôt égale l’ensemble de la période. Cependant, il manque à ce fonds un certain nombre de documents concernant la création de l’association, le lancement du fonctionnement et les toutes premières activités.
Après mai 1968, le féminisme prend un essor mais avec des nouvelles formes et revendications. Le Mouvement de libération des femmes (MLF) en est une expression. Des actions plus structurées se mettent également en place sur les mêmes thèmes. L’AFJ, au début des années 1980, se crée dans cette lignée, grâce au soutien d’Yvette Roudy, ministre des Droits de la femme.
Ces archives témoignent du fonctionnement et des activités de l’AFJ pendant une vingtaine d’années environ. L’histoire de l’association est ainsi plus visible et peut être mieux connue des chercheurs. L’Association des femmes journalistes, régie par la loi du 1er juillet 1901, a été créée en 1981, à l’initiative de femmes de différents médias. Elle a pour buts la promotion de l’égalité entre hommes et femmes dans le métier de journaliste et la valorisation de la place et de l’image des femmes dans les médias et dans la société. L’AFJ est un réseau professionnel, un lieu d’échanges et de réflexion, qui rassemble des journalistes de presse écrite, de radio ou de télévision, des dessinatrices, des photographes et des vidéastes, de nationalité française et étrangère. Le fonctionnement de l’AFJ est un fonctionnement associatif classique reposant sur les assemblées générales, le conseil d’administration et le bureau. En ce qui concerne les activités de l’association, l’AFJ remet (ou a remis) cinq prix, organise des débats et des rencontres avec des personnalités. De plus, elle possède des commissions très actives, notamment la commission “Femmes dans les médias”. Enfin, elle entretient de nombreux échanges avec l’extérieur (participation à des manifestations, partenariats).
Ces archives permettent de retracer la vie de cette association féministe. On peut alors mieux connaître le féminisme des années 1980 et mieux comprendre aussi le milieu des médias et comment les femmes s’y intègrent.
Classement :
Le classement de ce fonds s’est déroulé de septembre à décembre 2002 au Centre des archives du féminisme. J’ai d’abord élaboré un plan avec des grandes articulations, je l’ai affiné tout au long du classement à la vue des documents. Pour constituer ce plan, je me suis aidée des plans de classement habituellement employés pour les associations et notamment celui proposé dans le livre de la Direction des Archives de France sur Les archives des associations. J’ai donc décidé de séparer le fonctionnement des activités, constituant respectivement la première partie et la deuxième partie de mon répertoire. J’ai classé alors, les archives selon ce plan choisi.
La correspondance ne présentait aucune logique. Elle était, en effet, composée de la correspondance de quelques présidentes, rassemblée sans aucun fil conducteur. La documentation représentait une importante partie à l’intérieur de mon fonds et je ne savais pas comment la traiter. J’ai choisi de laisser alors cette documentation de travail sur le thème des femmes et des médias telle quelle était, en la classant chronologiquement, parce que ce ne sont pas des archives produites par l’association mais juste rassemblées par elle.
De plus, j’ai décidé d’extraire les archives audiovisuelles des autres documents pour des raisons de conservation et d’en faire la troisième partie de mon répertoire.
Producteur du fonds ou collectionneur : Association des femmes journalistes
Provenance : Avant le dépôt, les archives étaient dispersées chez chacune des responsables successives de l’AFJ. Virginie Barré (présidente en 1995 et 1996) en possédait une bonne partie, Florence Montreynaud ayant déposé chez elle vers 1998 les archives qu’elle détenait et qui remontaient aux débuts de l’association. À ce premier lot, ont été jointes les archives de la présidence de Monique Perrot-Lanaud (présidente de 1991 à 1994), celles de Virginie Barré et celles de Natacha Henry (présidente en 1997 et 1998).
Modalités d'entrée dans la collection :
Un contact est pris fin avril 2002 entre Christine Bard (présidente de l’association Archives du féminisme) et Virginie Barré (Association des femmes journalistes). L’AFJ décide quelques temps plus tard de donner ses archives à l’association Archives du féminisme. Valérie Neveu est allée récupérer le fonds au domicile de Virginie Barré le 15 juin 2002. Il se trouve donc en dépôt, depuis cette date, au Centre des archives du féminisme (CAF), implanté à la bibliothèque universitaire d’Angers. Un envoi constitué des archives d’une ancienne présidente (Isabelle Fougère, présidente en 1999 et 2000), est effectué au mois d’octobre 2002 et vient compléter le fonds déjà déposé. Ce fonds associatif vient enrichir le CAF, qui dispose également du fonds d’archives d’une ancienne présidente de l’AFJ, Florence Montreynaud (cote 4 AF)
Un envoi complémentaire a été fait par la présidente Sonia Bressler en mars 2005, pour la période 2004-2005. Les documents ont été intégrés dans le cadre de classement établi par Alexia Bernier.
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Les photographies sans flash des documents sont autorisées après signature d'un engagement spécifique. Les photocopies sont interdites.
Conditions d'utilisation :
Archives privées
Ce fonds est dans l’ensemble en libre d’accès, l’association n’ayant pas formulé de restrictions à la communication des archives. Les seules restrictions sont un délai de communication de 30 ans appliqué à un dossier concernant un contentieux entre une adhérente et le bureau de l’AFJ, et un délai de 120 ans appliqué à un dossier de personnel.
Citer sous la forme : Fonds de l'Association des femmes journalistes, 7 AF. Centre des archives du féminisme. BU d'Angers.
Documents en relation :
- Centre des archives du féminisme (Angers) : Fonds Florence Montreynaud : 4 AF 1-13 Sous-fonds AFJ, 4 AF 14-20 Sous-fonds Elles sont pour, 4 AF 21-36 Sous-fonds Agence femmes informations. Le fonds est composé également de documentation sur les femmes et le féminisme.
- Bibliothèque Marguerite Durand (Paris 13e arrondissement) : dossiers documentaires sur l’AFJ (cote DOS 070 ASS) et sur le prix Séverine (cote DOS 806 SEV).
Bibliographie :
Cette bibliographie ne contient que les ouvrages qui m’ont aidée à réaliser mon instrument de recherche. Pour avoir une bibliographie plus complète, il faut se reporter à celle du mémoire historique :
Direction des Archives de France, Les archives des associations : approche descriptive et conseils pratiques, Paris, La documentation française, 2001, 244 p..
Hildesheimer Françoise, Les archives privées, le traitement des archives personnelles, familiales et associatives, Paris, Éditions Christian, 1990, 94 p..
Information sur le traitement : Répertoire numérique détaillé rédigé en septembre 2003 par Alexia Bernier, étudiante en maîtrise d'Histoire, option Archives, sous la direction de Valérie Poinsotte.
Evaluation et tris : Retrait de nombreux doubles, de chemises usagées et de feuilles vierges.
Producteur du fonds ou collectionneur : Association des femmes journalistes

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/