Calames

Fonds Bonnevial, Marie, 11 AF

Date : 1869-1923
Langue : français, russe
Description physique : Papier. 1 boîte d'archives.

Organisme responsable
Bibliothèque universitaire d'Angers
Centre des Archives du Féminisme
5, rue Le Nôtre
49045 ANGERS Cedex
Tél. 02 44 68 80 14
bu.univ-angers.fr/contact
Site web de la bibliothèque

Description :
Le fonds éclaire avant tout les premières années de la vie militante de Marie Bonnevial, dans sa ville natale de Lyon, entre 1869 et 1872, jusqu’à son interdiction d’enseigner. Ces années sont restées mal connues de ses biographes (ainsi, son soutien à Garibaldi est inconnu ou tu). Le fonds Bonnevial contient une riche documentation sur les activités multiples d’une infatigable militante à la tête d’une nébuleuse d’associations « démocrates » et "républicaines", ces termes recouvrant des engagements philanthropique, éducatif, patriotique, socialiste, laïque, féministe.
En raison du caractère déséquilibré du fonds – qui semble avoir fait l’objet d’un tri visant à sélectionner les années lyonnaises – il n’y a pratiquement rien sur les activités de Marie Bonnevial pendant la IIIe République, alors qu’elle était une militante de premier plan, membre de nombreux mouvements et associations.
Le féminisme de Marie Bonnevial apparaît peu dans le fonds, parce que la période de sa vie où l’engagement féministe est le plus net (journalisme à La Fronde, vice-présidence du CNFF) n’est presque pas représentée. Son féminisme des années 1870 est plus diffus – comme le veut l’époque – et s’exprime surtout dans les manifestes des cercles féminins qu’elle anime. On notera aussi l’intérêt du dossier relatif à la suspension de Marie Bonnevial, exemple d’une enseignante poursuivie pour avoir refusé de dispenser l’enseignement religieux obligatoire selon la loi Falloux.
Classement :
Le classement des archives soviétiques était inutilisable et a été complètement refait. Nous avons classé en tête les archives produites par l’activité militante de Marie Bonnevial à Lyon. Ensuite viennent quelques dossiers sur ses activités entre son retour de Turquie et sa mort. La correspondance, qui éclaire les engagements de la militante, a été placée à la suite. Le fonds contient de nombreuses lettres, mêlant le plus souvent activité militante et relations personnelles. Il est souvent impossible de préciser à quelle association il est fait allusion dans les lettres, c’est pourquoi un classement chronologique divisé en deux périodes (avant/après Lyon) nous a semblé le plus adapté pour la grande majorité des lettres.
Cependant, quelques lettres concernant explicitement telle ou telle association ou telle ou telle affaire ont été classées avec le dossier concerné.
Enfin, les documents concernant la carrière d’institutrice de Marie Bonnevial, auxquels s’ajoutent quelques éléments biographiques, constituent la dernière rubrique du cadre de classement.
Classement :
1. Activités de Marie Bonnevial à Lyon (11 AF 1-9)
1.1. Vie associative (1869-1872) (11 AF 1-8)
1.1.1. Associations politiques et philanthropiques animées par Marie Bonnevial (11 AF 1-5)
1.1.2. Conférences (11 AF 6)
1.1.3. Actions de soutien à Garibaldi (1870-1871) (11 AF 7-8)
1.2. Commune de Lyon (1871-1872) (11 AF 9)
2. Autres engagements de Marie Bonnevial (11 AF 10-12)
3. Correspondance adressée à Marie Bonnevial (11 AF 13-14)
3.1. Correspondance reçue à Lyon (11 AF 13)
3.2. Correspondance reçue après la période lyonnaise (11 AF 14)
4. Vie professionnelle et éléments biographiques (11 AF 15-18)
Annexe : documents des Archives soviétiques : inventaire, remise du fonds au CNFF en 2000 (11 AF 19)
Producteur du fonds ou collectionneur : Marie Bonnevial
Biographie ou Histoire : Marie Bonnevial (1841-1918) est une “poly-militante”. Communarde à Lyon, puis interdite d’enseignement, elle embrasse, au retour de son exil à Constantinople, une carrière d’enseignante, de syndicaliste, de socialiste, participe aux prémices du mouvement mutualiste et surtout coopératif. Libre penseuse, elle devient franc-maçonne puis responsable du droit humain entre 1916 et 1918. Chroniqueuse du monde du travail, elle collabore au quotidien féministe La Fronde. Féministe très connue au début du XXe siècle, elle s’est fortement investie au CNFF (Conseil national des femmes françaises), à la LFDF (Ligue française pour le droit des femmes), ainsi qu’à la Ligue des droits de l’homme.
Provenance :
Le fonds 11 AF représente une partie des archives personnelles de Marie Bonnevial. Les circonstances dans lesquelles il a été conservé demeurent obscures.
On ignore si Marie Bonnevial avait pris des dispositions pour la conservation de ses archives après sa mort. Il est certain que le fonds est resté en possession d’une personne ou d’une association attachée à sa mémoire, puisqu’on y trouve la facture d’un monument funéraire commandé en 1923.
Les archives Bonnevial ont été saisies par les Allemands pendant l’Occupation. Les fonds saisis par l’Allemagne, tombés par la suite entre les mains des Soviétiques, ont été transportés en URSS. Ils ont été rendus à la France à une date récente. Le carton Bonnevial, demeuré en Russie jusqu’en 2000, constituait le fonds "277" des archives d’État soviétiques. Il a été restitué au Conseil national des femmes françaises, en même temps qu’un carton du CNFF. Ce rapprochement est justifié par l’appartenance de Marie Bonnevial au CNFF, mais on ignore comment ces deux cartons se sont trouvés réunis. Les archives du CNFF n’ayant pas été saisies en tant que telles, ces documents ont dû être pris, non au siège du CNFF, mais chez une adhérente – peut-être C. Brunschvicg.
Les archives Bonnevial sont arrivées à Angers en même temps que le fonds du CNFF, mais elles ont été traitées séparément pour former un fonds distinct.
Modalités d'entrée dans la collection : Fonds déposé à l'université d'Angers en juillet 2002, puis donné à l'université d'Angers par lettre d'intention de don datée du 19 avril 2010. Ce don a été accepté en conseil de gestion de l'Université du 30 novembre 2010.
Accroissements : Fonds clos.
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Beaucoup de lettres manuscrites sont difficiles à lire, du fait de l'écriture ou de l'ancienneté des documents.
Conditions d'accès : Communication libre.
Conditions d'utilisation :
Les photographies sans flash sont autorisées, après signature d'un engagement.
Les photocopies sont interdites.
Citer sous la forme : Fonds Marie Bonnevial, 11 AF. Centre des Archives du Féminisme. BU d'Angers.
Documents en relation :
Fonds CNFF (Conseil national des femmes françaises), 2 AF, Centre des archives du féminisme, bibliothèque universiatire d'Angers.
AD Rhône M 826.
Autre instrument de recherche : Répertoire numérique détaillé téléchargeable sur le site web de la bibliothèque universitaire d'Angers et disponible en version papier au bureau de renseignements de la bibliothèque universitaire d'Angers.
Bibliographie :
Gardes, Gilbert. La cité industrielle de Rive-de-Gier : Mémoire d'un patrimoine, Lyon : Azossi, 2010.
Bouchoux, Corinne. La citoyenne Marie Bonnevial (1841-1918), exposition virtuelle sur le site de Musea.
Information sur le traitement : Répertoire numérique détaillé rédigé en février 2005 par Valérie Neveu, conservatrice au SCD d'Angers.
Evaluation et tris : Aucune élimination n’a été effectuée.
Producteur du fonds ou collectionneur : Bonnevial , Marie (1841-1918)
Sujet : Femmes -- Droit de vote
Conseil national des femmes françaises
Féminisme
Lyon (Rhône)
Vallès, Jules (1832-1885)
Hugo, Victor (1802-1885)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/