Calames

Fonds Baruk (1897-1999)

Organisme responsable
Académie nationale de médecine. Bibliothèque

Description :
On y découvre un ami fidèle, proche de l’Académicien Hugues Gounelle de Pontanel, de Mireille Lescure, mais également un mari aimant, très affligé par la maladie puis la mort de son épouse Suzanne, née Sorano (1906-1987).
Sa correspondance et ses écrits mettent en relief ses combats incessants contre ce qu’il nomme la crise morale de la société, contre la psychanalyse et le freudisme, contre les électrochocs et la lobotomie, etc. Ils donnent l’image d’un homme imprégné d’humanisme, quoique profondément conservateur.
Enfin ses prises de position scientifique ou morale y sont presque toujours placées sous le signe de la conviction religieuse, de son attachement indéfectible au judaïsme.
Conditionnement :
Les archives sont conservées dans la boîte 1 à l’exception des lettres échangées avec Mireille Lescure – dans la boîte 2 (cote "Fonds Baruk 4.1")
Biographie ou Histoire :
Né le 15 août 1897 à Saint Avé (Morbihan) et décédé le 14 juin 1999 à Saint-Maurice (Val-de-Marne), Henri Marc Baruk a été élu membre titulaire dans la VIIe section (Médecine et Sciences sociales et Membres libres) le 16 février 1965. Sa longévité, telle celle de son père Jacques Baruk qui mourut en 1975 à l’âge de 103 ans, le fait entrer dans le cercle fermé des Académiciens centenaires.
Parcours
Inscrit à la Faculté de médecine d’Angers, il est mobilisé comme médecin auxiliaire en 1917 ; il s’illustre alors en prenant la tête d’une compagnie décimée par l’ennemi. En 1921, il est nommé interne des hôpitaux. Suivant la voie de son père, psychiatre et médecindirecteur de l’asile de Sainte-Gemmes, dans le Maine-et-Loire, il consacre en 1926 sa thèse aux Troubles mentaux dans les tumeurs cérébrales, et devient chef de clinique à l’hôpital Sainte-Anne, dans le service du professeur Henri Claude, détenteur de la chaire de clinique des maladies mentales. Sa thèse comme ses premiers travaux sur la catatonie le confrontent au « problème, qui sera pour lui central, des rapports entre la pensée et le cerveau ». Il poursuit ensuite des recherches avec le neurologue néerlandais De Jong, publiant avec lui La catatonie expérimentale par la bulbocapnine : étude physiologique et clinique, Paris : Masson, 1930.
Sa fascination pour les travaux de Babinski le pousse à fréquenter assidûment la clinique de La Pitié, provoquant la brouille avec Henri Claude, dont il était le successeur présumé à la chaire de Sainte-Anne. Henri Baruk quitte son poste, passe et est reçu premier au concours de Médecin des asiles de la Seine en 1930. Il devient dès 1931 médecin-chef de la Maison nationale de Charenton, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite hospitalière en 1968.
Professeur agrégé en 1946, nommé en 1961 à l’École pratique des hautes études directeur du Laboratoire de psychopathologie expérimentale et du Centre de psychiatrie sociale, il est aussi président de la Société médico-psychologique, président de la Société de médecine hébraïque, fondateur de la Société Moreau de Tours, etc.
Son oeuvre psychiatrique s’oriente avec le temps vers une réflexion philosophique inspirée par le texte et le message bibliques.
Documents en relation : L'inventaire, accompagné d'un extrait de ses titres et travaux, est consultable en ligne, en format pdf.
Sujet : Henri Baruk

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : L'accès aux collections patrimoniales est soumise à une autorisation préalable, conditionnée par la justification d'une recherche.
La reproduction, la publication et la citation des documents sont soumises à l'autorisation du Directeur de la Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine dans le respect des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/