Calames

Fonds Fasquelle (1908-1987)

Organisme responsable
Académie nationale de médecine. Bibliothèque

Description :
Le fonds est composé principalement de coupures de presse et d’articles constitués en dossiers documentaires par le truchement d’un abonnement à l’argus de la presse sur le thème de la vaccination antivariolique. Ces dossiers documentaires – élaborés par Jacques et/ou Robert Fasquelle – offrent une plongée fascinante dans les débats médicaux et publics qui ont accompagné la lutte antivariolique à la fin des années 1960 et dans les années 1970. Pas ou peu de document original donc : quelques échanges de correspondance avec d’autres médecins, sur des cas médicaux, avec des journalistes, avec une professeur venue en visite avec sa classe, etc. On trouvera également quelques annotations personnelles, de Robert ou de Jacques Fasquelle.
Les archives Robert Fasquelle sont composées de quatre articles : une série de pièces diverses, surtout des plaquettes ou brochures, et trois dossiers. On y a adjoint le contenu du dossier biographique conservé à la Bibliothèque de l’Académie.
Conditionnement :
Tout les dossiers qui ne sont pas mentionnés dans la boite n° 2 se trouvent dans la boite n° 1
Biographie ou Histoire :
UNE DYNASTIE FAMILIALE CONTRE LA VARIOLE
La figure de Robert Fasquelle ne peut être évoquée sans que l’on convoque à leur tour celles de son frère Jacques Fasquelle, de leur père André Fasquelle, et de leur grand-père maternel Yves Toussaint Ménard, dit Saint-Yves Ménard. C’est d’une dynastie qu’il s’agit, à tout le moins d’une lignée de médecins dévoués à la lutte contre la variole.
Saint-Yves Ménard (1846-1909) tout d’abord, vétérinaire et docteur en médecine, élu membre de la section de médecine vétérinaire de l’Académie de médecine en 1901, directeur des services de vaccine de la ville de Paris, s’attache à perfectionner la pureté du vaccin ; il met en évidence avec Antoine Béclère (1856-1939) et Ernest Chambon (1836-1910) l’immunité conférée par l’inoculation sous-cutanée du vaccin, ainsi que le pouvoir virulicide du sérum de génisse vaccinée. A partir de 1889, il codirige avec Ernest Chambon l’Institut de Vaccine. Il est avec Ernest Chambon le promoteur de la vaccine animale. En 1897 Ernest Chambon et Saint-Yves Ménard mettent au point le « vaccin sec », au moyen d’une cloche à vide et d'acide sulfurique ou de chlorure de calcium, que Wurtz expérimente sur des génisses à Addis-Abeba. En 1899, Saint-Yves Ménard introduit la glycérine comme excipient de la pulpe vaccinale récoltée sur la peau de la génisse, permettant ainsi la conservation de l’activité du virus et donc les vaccinations en série et à distance de la génisse.
André Fasquelle (1867-1937) ensuite, qui impose définitivement l’usage de la vaccine animale dans les années 1909 et suivantes, au sein de l’Institut de vaccine animale de Paris dont il a repris la direction. En 1917 il met au point, avec Lucien Camus (1867-1934), la « lyophilisation » du vaccin, plus précisément la dessiccation sous vide de la pulpe vaccinale congelée, ce qui en permettra le conditionnement et l’emploi dans les pays tropicaux.
ROBERT FASQUELLE
Robert Charles Marie Pierre Ernest Fasquelle, né à Paris en 1908, élu membre de la section des sciences biologiques le 7 mai 1968, est mort au Plessis-Robinson en juillet 1987.
Il est successivement interne des hôpitaux de Paris en 1933, docteur en 1938 et la même année, lauréat de la Faculté, lauréat du prix Stanski de l’Académie de médecine, Chef de clinique à la Faculté de médecine de Paris.
De 1934 à 1956, on le voit franchir tous les échelons menant au professorat : attaché, moniteur, assistant, agrégé, maître de conférences puis professeur titulaire de la chaire de bactériologie en 1956, transformée en 1960 en chaire de microbiologie (Bactériologie et Virologie).
Il est membre de plusieurs sociétés savantes, de divers conseils et commissions, il participe à de nombreux enseignements, colloques et congrès, ayant la passion de l’enseignement et des ouvrages didactiques. Il s’affirme aussi comme un véritable leader dans la communauté des microbiologistes français, jouant un rôle déterminant dans la nomination des microbiologistes des nouveaux centres hospitalo-universitaires.
Ses recherches se sont plus précisément orientées dans les directions suivantes : affinités des virus, diffusion des particules virulentes et antigéniques dans le tissu conjonctif, les variations des germes aux antibiotiques, l’allergie et l’immunité, etc.
Il effectue des recherches sur la vaccine avec Henri Bénard au laboratoire de l’Académie de médecine. En 1940, il succède à son père à la direction de l’Institut de la vaccine, où il a la responsabilité de la vaccination dans l’armée française et les colonies. Nommé professeur de microbiologie à la faculté de Paris en 1956. Son frère Jacques Fasquelle (1911-1996) le remplace à la direction de l’institut de vaccine.
Modalités d'entrée dans la collection : Le fonds Robert Fasquelle nous est parvenu par don, à la mort de Robert Fasquelle. Membre titulaire de l’Académie de médecine, il nous a légués non seulement ce fonds d’archives, mais aussi de nombreux objets et oeuvres d’art issues du défunt Musée de la vaccine, petite installation muséographique au sein de l’Académie de médecine.
Documents en relation : L'inventaire, accompagné des titres et travaux, d'une petite bibliographie secondaire, de reproductions d'une caricature de Jean Effel et d'une lettre de R. Fasquelle, est consultable en ligne, en format pdf.

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : L'accès aux collections patrimoniales est soumise à une autorisation préalable, conditionnée par la justification d'une recherche.
La reproduction, la publication et la citation des documents sont soumises à l'autorisation du Directeur de la Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine dans le respect des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/