Calames

Fonds Achard (1860-1944)

Organisme responsable
Académie nationale de médecine. Bibliothèque

Description : Ce fonds fait actuellement l'objet d'un classement et d'un inventaire pour certaines parties.
Biographie ou Histoire :
Après une scolarité au lycée Condorcet, rebaptisé un temps Fontanes, où il a pour condisciple et ami Théodore Reinach (1860-1928), le jeune Charles Achard entreprend des études de médecine. Il est externe en 1879, interne en 1882, docteur en 1887, médecin du Bureau central des hôpitaux en 1893, agrégé de la Faculté en 1895, médecin de l’hôpital Tenon en 1897 et de l’hôpital Necker en 1907. En 1910, il accède à la chaire de pathologie et thérapeutique générales de la Faculté de médecine de Paris, qu’il quitte en 1919 pour la deuxième chaire de clinique médicale de perfectionnement, sise à l’hôpital Beaujon puis, à partir de 1929 et jusqu’à sa retraite en 1934, à l’hôpital Cochin.
Élu membre de l'Académie des sciences le 18 mars 1929, dans la section de médecine et chirurgie, il est membre de nombreuses sociétés savantes et participe à la rédaction de plusieurs journaux, telles la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie qu’il dirige de 1896 à 1902, ou les Archives de médecine expérimentale et d’anatomie pathologique dont il assure le secrétariat de rédaction à partir de 1898. Il supervise la publication d’ouvrages didactiques, tels les Manuel de médecine, de diagnostic médical et de thérapeutique médicale co-dirigés avec son maître Maurice Debove. Il se distingue par ses travaux de physiopathologie, par ses recherches en cytologie, sur le sang et les humeurs, ainsi que par ses études de microbiologie et de parasitologie. Il s’illustre tout particulièrement en mettant au point divers tests d’exploration des altérations des fonctions rénales (l’épreuve de l’élimination provoquée au moyen du bleu de méthylène) et hépatiques (l’épreuve de glycosurie). Il consacre d’importants ouvrages à l’encéphalite léthargique, au diabète ou encore à la maladie de Bright.
Tout au long de sa carrière, il s’affirme comme rationaliste, positiviste, antiraciste. Il s’impose également comme un farouche ennemi du « péril alcoolique », présidant de 1932 à 1935 la Ligue nationale contre l’alcoolisme.
Charles Achard occupe aussi une place importante dans l’histoire de l’Académie de médecine. Il y est élu membre de la section d’anatomie pathologique en mai 1911. En 1919, il est nommé secrétaire annuel, à l’instigation de son maître Maurice Debove (1845-1920), alors secrétaire perpétuel. Après en avoir assuré l’intérim lors de la maladie de ce dernier, il est élu secrétaire général, mandat de cinq ans qui se substitue alors à celui de secrétaire perpétuel et qui lui sera renouvelé jusqu’à sa mort. Il déploie une énergie considérable pour moderniser l’Académie, redresser ses finances, en redorer le prestige et la représenter en France (où il organise les célébrations du centenaire) et à l’étranger (effectuant d’innombrables voyages dans le monde entier).
Au soir de sa vie, Charles Achard plonge dans ses souvenirs et publie à l’été 1943 sa Confession d’un vieil homme du siècle. Souvenirs du temps et de l’espace, partagée entre sa vie professionnelle (Une longue carrière de médecin) et ses nombreux voyages (À travers le vaste monde). Poursuivant l’écriture de ses mémoires, il meurt le 8 août 1944. Il avait aussi rédigé une biographie intitulée Deux Alsaciens bons Français, 154 pages dactylographiées jamais éditées, dont un tiers est consacré à son trisaïeul Charles Rosenstiel et les deux-tiers à son bisaïeul Jean-Daniel Kieffer. Marié tardivement, en 1919, veuf la même année, sans descendance, il laisse à l’Académie ses papiers scientifiques et personnels, parmi lesquels ceux des membres les plus éminents de sa famille.
Information sur le traitement : Seul le sous-fonds Kieffer (Fonds Achard 1.1.) fait à ce jour l'objet d'une publication.
Sujet : Achard, Charles (1860-1944)

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents : L'accès aux collections patrimoniales est soumise à une autorisation préalable, conditionnée par la justification d'une recherche.
La reproduction, la publication et la citation des documents sont soumises à l'autorisation du Directeur de la Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine dans le respect des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/