Calames

Fonds Ferdinand Buisson

Langue : La très grande majorité des documents est rédigée en français
Description physique : Fonds composé de 115 volumes reliés et boîtes d'archives, cotés de RF 1 à RF 123-11, et de 5 boîtes d'archives non cotées.

Organisme responsable
Bibliothèque Diderot de Lyon
5, parvis René Descartes
BP 7000 69342 LYON CEDEX 07
France
Tél. : 04 37 37 65 00
Site Web : http://www.bibliotheque-diderot.fr

Producteur du fonds ou collectionneur : Ferdinand Buisson (1841-1932)
Biographie ou Histoire : Ferdinand Buisson (1841-1932). Né à Paris le 20 décembre 1841 dans une famille protestante, fils d’un magistrat et orphelin de père à 16 ans, Ferdinand Buisson est un pédagogue, un humaniste et un pacifiste. Licencié ès lettres et agrégé de philosophie, il s’exile en Suisse pour ne pas servir le régime de Napoléon III. Rentré en France après la chute du Second Empire, il organise un orphelinat pour les enfants des Parisiens tués. Nommé inspecteur primaire de l’Instruction publique, il est relevé de ses fonctions pour avoir parlé irrévérencieusement de la Bible, selon Mgr Dupanloup qui élève une protestation à l’Assemblée nationale. Auteur d’un monumental Dictionnaire de Pédagogie, Ferdinand Buisson prend une place éminente dès lors que les républicains s’installent au pouvoir : inspecteur général de l’instruction publique en 1878, il travaille avec Jules Ferry à la préparation des textes qui vont instituer l’école laïque. Dreyfusard, il compte parmi les fondateurs de la Ligue des Droits de l’Homme. Il sera aussi président de la Ligue de l’enseignement et recevra le prix Nobel de la paix en 1927. Élu député dans le XIIIe arrondissement de Paris, sous l’étiquette radicale, il entre au Parlement en 1902. Deux fois réélu, il est battu en 1914 mais revient en 1919. Vice-président de la commission du Suffrage universel, il se prononce en faveur de la RP (représentation proportionnelle) et du vote des femmes. Par humanisme, il défend les minorités nationales slaves, les révolutionnaires russes et, après la Grande Guerre, proteste contre les violences faites aux Arméniens et aux juifs. Battu en 1924, il s’installe au village de Thieuloy-Saint-Antoine dans l’Oise, dont il devient conseiller municipal. Après une tentative malheureuse en vue d’obtenir un siège au Sénat, il s’y éteint à quatre-vingt onze ans, le 16 février 1932.
Modalités d'entrée dans la collection : Fonds légué au Musée pédagogique en partie par Ferdinand Buisson lui-même, de son vivant, et en partie par sa fille Cécile Roger après la mort de son père.
Conditions d'accès : Communication sur place exclusivement.
Producteur du fonds ou collectionneur : Buisson, Ferdinand (1841-1932)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/