Calames

Archives René Thomas-Coële

Langue : La très grande majorité des documents est rédigée en français
Description physique : Fonds composé de 86 boîtes d'archives, cotées de RTC 1-2 à RTC 62-86.

Organisme responsable
Bibliothèque Diderot de Lyon
5, parvis René Descartes
BP 7000 69342 LYON CEDEX 07
France
Tél. : 04 37 37 65 00
Site Web : http://www.bibliotheque-diderot.fr

Producteur du fonds ou collectionneur : René-Thomas Coële
Biographie ou Histoire : Né le 26 septembre 1913 à Paris, René Thomas-Coële fait des études de commerce à l’Ecole pratique de Beauvais après l’obtention du certificat d’études. S’il occupe, de 1929 à 1937, divers emplois de secrétaire et de vendeur, il s’intéresse très tôt au théâtre et à l’écriture dramatique. Dès 1935, il envoie un manuscrit d’une pièce qu’il a écrite au théâtre de l’Athénée. Il rencontre Louis Jouvet en 1938 et se lie d’amitié avec lui. Louis Jouvet lui propose alors de travailler dans l’administration de son théâtre. Mais René Thomas-Coële est mobilisé dès les débuts de la seconde guerre mondiale puis fait prisonnier en Allemagne. Malgré les efforts de Jouvet pour le libérer, il ne rejoindra pas la troupe de l’Athénée, partie en Amérique du Sud en 1941. A la Libération, il travaille au théâtre de l’Atelier dirigé par André Barsacq en tant que secrétaire pendant un an et demi. Au retour de Louis Jouvet en France, il devient secrétaire du théâtre de l’Athénée, poste qu’il occupe jusqu’à sa démission en 1949. Il est chargé de la réception, de la rédaction et de l’envoi du courrier et participe plus largement au bon fonctionnement du théâtre. Proche collaborateur de Louis Jouvet, il organise les rendez-vous de ce dernier, rassemble pour lui de la documentation et s’occupe de ses publications. Ainsi, il correspond avec les revues et les éditeurs qui souhaitent publier des articles de Louis Jouvet et dactylographie les textes des contributions du metteur en scène. René Thomas-Coële part en tournée avec l’ensemble de la troupe, lors des représentations de Genève en 1946 et d’Edimbourg en 1947, ainsi que lors des déplacements de 1948, en Egypte, en Italie et en Europe centrale. Il est également secrétaire adjoint de la Société d’histoire du théâtre, sous la présidence de Louis Jouvet. Il y occupe des fonctions administratives, gérant les inscriptions, le courrier et les convocations, mais aussi documentaires et rédactionnelles. Il rédige des articles et corrige des épreuves pour la Revue d’histoire du théâtre. Enfin, il prépare certains textes de l’émission radiophonique « Prestiges du théâtre » en 1949. Au cours de cette période, René Thomas-Coële participe à la mise en ordre des manuscrits de Jean Giraudoux, dont Louis Jouvet a mis en scène un grand nombre des pièces. Aux côtés de Marthe Herlin, il prépare la publication des œuvres dramatiques complètes de Giraudoux. Au cours de ce travail, René Thomas-Coële étudie les variantes existant entre les différentes versions d’une même pièce et écrit un article sur les écrits inédits de l’écrivain . A la mort de Louis Jouvet, il contribue à la postérité du « patron », en rassemblant un grand nombre de documents sur ses mises en scène. Plus généralement, il s’intéresse aux metteurs en scène, écrivains et autres personnalités qui ont marqué la vie de Louis Jouvet. Ainsi, il est membre de l’Association des amis de Jacques Copeau et monte, avec Denis Gontard, une exposition lui rendant hommage au Centre dramatique national du Sud-Est, à Aix-en-Provence, en 1964. Attaché à l’œuvre de Jean Giraudoux, il est membre actif de l’Association des amis de Jean Giraudoux des années 1970 aux années 1990. Dans les années 1950, il continue à travailler dans le monde du théâtre, notamment au sein de la Société d’histoire du théâtre. Sa passion pour le théâtre concerne l’ensemble de la production française et s’étend également au théâtre anglais : ami de Richard Southern, René Thomas-Coële fait partie de la Society for Theatre Research entre 1948 et 1957. Il s’intéresse aussi au théâtre danois, par l’intermédiaire de son épouse originaire du Danemark . Il publie plusieurs articles dans la Revue d’histoire du théâtre et participe à divers colloques et séminaires. Ses principaux travaux portent sur les portraits picturaux de Molière et sur les pérégrinations de sa troupe en province. Il s’intéresse également au théâtre du boulevard du Temple, en particulier au théâtre des Funambules de Gaspard Debureau, et à la Commedia dell’arte . Ses centres d’intérêts et ses engagements ne concernent pas uniquement le théâtre puisqu’il est conseiller technique de l’Association des amis de Saint-John Perse, sous la présidence d’Henri Colliot, et membre actif de l’Association des amis de Georges Méliès. Amateur, collectionneur et historien du théâtre, il meurt à la fin des années 1990, laissant une importante bibliothèque consacrée à sa passion.
Modalités d'entrée dans la collection : Fonds donné à la BIU en 2001 par Mme Fjerdingstad, compagne de René Thomas-Coële, quelques années après le décès de ce dernier
Conditions d'accès : Communication sur place exclusivement
Producteur du fonds ou collectionneur : Coële, René-Thomas (1913-199X)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/