Calames

Archives 76 Fonds Paul-Marie Duval

Date : 1903-1999
Langue : français
Description physique : 69 boîtes (8,27 mètres linéaires).

Organisme responsable
INHA

Description : Le fonds est essentiellement composé de notes de travail et de lecture, préparations de cours, préparations de publications, manuscrites ou dactylographiées, de photographies (clichés, épreuves), de dessins, de fiches de présentation d’objets, de fac-similés et de moulages.
Biographie ou Histoire :
Né à Paris le 6 août 1912, Paul-Marie Duval intègre l’Ecole normale supérieure en 1934, après des études classiques au Lycée Louis-Le-Grand. Il y prépare une licence de lettres classiques, avant de s’orienter vers l’histoire, en passant l’agrégation d’histoire et de géographie. Mobilisé comme sous-lieutenant lors de la seconde guerre mondiale, il est retenu en captivité et tombe gravement malade. Il est alors renvoyé en France où, après sa guérison, il enseigne au lycée Claude-Bernard, à Paris.
En 1942, il est nommé pour ordre membre de l’Ecole française de Rome, alors fermée, par Jérôme Carcopino, afin de diriger plusieurs missions archéologiques françaises en Afrique du Nord. Paul-Marie Duval eut alors sa première expérience de fouilleur. A son retour en France, il est nommé assistant d’histoire ancienne à la Sorbonne de 1944 à 1946, puis est élu à l’Ecole pratique des hautes études (IVe section), où il enseignera durant trente cinq ans, jusqu’en 1980.
De 1964 à 1982, il est également professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’archéologie et d’histoire de la Gaule, jadis occupée par Camille Jullian, puis par Albert Grenier. En 1961, il succède à Albert Grenier, pour diriger la revue Gallia, fonction qu’il assume jusqu’en 1985. Recruté par Joseph Vendryes, il faisait aussi partie du comité de rédaction des Etudes celtiques, jusqu’en 1988, de la Commission du Vieux-Paris, et de la Société des antiquaires de France. Son entrée à l’Institut en 1971, comme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il assure la présidence en 1983, marque le couronnement de sa carrière. Son ambition d’affermir les instruments de la recherche archéologique lui permet de convaincre André Malraux, alors ministre de la Culture, de créer un Conseil supérieur de la recherche archéologique ; il en assure la présidence de 1971 à 1978, jouant un rôle majeur dans les grandes affaires de chantiers urbains (place de la Bourse à Marseille, parvis de Notre-Dame à Paris).
Atteint par la maladie, il meurt à Versailles, le 14 janvier 1997.
Modalités d'entrée dans la collection : Don de Marie-Pierre Dupin, nièce et unique héritière, le 2 mai 1997.
Conditions d'accès : Librement communicable selon les règles définies par la bibliothèque de l'INHA. XXXXX
Conditions d'utilisation : Photocopies et scans interdits, photographies à usage privé destiné à l'étude et la recherche autorisées dans le respect du droit d'auteur. Les demandes de reproduction de textes en intégral doivent faire l’objet d’un accord préalable de l’ayant-droit. Les reproductions se feront exclusivement par l’intermédiaire de photographies et de microfilms. Les droits d’auteur (publications, reproductions, toute utilisation publique) sur les textes et les illustrations continuent à être perçus par l’ayant-droit.
Documents en relation :
Maison Archéologie et ethnologie René-Ginouvès : fonds Paul-Marie Duval (PMD113-161).
Collège de France : dossier de personnel de Paul-Marie Duval (16 CDF 113).
Autre instrument de recherche : Paul-Marie Duval (1912-1997), Inventaire des archives par Hélène Dessalles, chargée de recherches documentaires, bibliothèque de l'INHA, 1998. Disponible sur Agorha.
Information sur le traitement :
Hélène Dessalles, chargée de recherches documentaires, a effectué le traitement du fonds en 1998 : un premier tri de la bibliothèque de Paul-Marie Duval a permis de sélectionner les ouvrages à caractère archéologique, mais aussi des références générales qui ne figuraient pas dans le fonds de la bibliothèque d’Art et d’archéologie. La bibliothèque a pu considérablement enrichir son fonds en matière d’histoire celtique, mais aussi dans des domaines qui n’entrent pas dans les priorités d’acquisitions : l’histoire générale, la linguistique, les études structuralistes et anthropologiques, les œuvres littéraires.Un deuxième tri a permis de sélectionner les doubles, déjà présents à la bibliothèque d’Art et d’archéologie, dans le fonds de la Rue Vivienne, et de les orienter vers la bibliothèque de premier cycle rue Michelet. Le travail d'Hélène Dessalles a mené à la rédaction d'un inventaire.
Célia Billard, archiviste-encodeur, a effectué une vacation à la bibliothèque de l'INHA en 2017 et 2018 sous la direction de Fabienne Queyroux et Sophie Derrot. Ses missions ont consisté d'abord en une relecture archivistique de l'inventaire, conduisant nécessairement à quelques modifications dans le classement du fonds. Elle a ensuite participé à la publication de l'inventaire en ligne sur la base informatique Calames.
Evaluation et tris : Selon la claire volonté de Paul-Marie Duval, exprimée par sa nièce, toute correspondance à caractère personnel a été détruite. Seules les lettres associées à des dossiers, à matière scientifique, ont donc été conservées.
Producteur du fonds ou collectionneur : Duval, Paul-Marie (1912-1997)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/