Calames

Fonds Joseph Segond

Langue : Ensemble en français
Description physique : Papier. 70 boites.

Organisme responsable
Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. BU Lettres, arts et sciences humaines
Campus Carlone
100, bd. Edouard-Herriot
06200 Nice
Téléphone : 04 93 37 55 04
bulettres@unice.fr
Site web de la bibliothèque

Description : Le fonds Joseph Segond contient une importante partie des manuscrits des œuvres de Joseph Segond, autant ses ouvrages que ses articles. Le fonds contient également des copies de certaines parties de correspondance avec des personnages aussi importants qu’Henri Bergson, Marc Blondel, Marcel Brion, Paul Valéry, etc.
Producteur du fonds ou collectionneur : Joseph Segond
Biographie ou Histoire :
Joseph Segond, né le 13 février 1872, à Nice, où son père est professeur, est un philosophe français dont la pensée en fait un disciple de Bergson et un philosophe de l’esthétique. Après des études à l’Ecole Normale Supérieure, il obtient l’agrégation de philosophie en 1895. Dès ses premiers postes, il publie de nombreux articles dans des revues spécialisées et effectue des traductions d’écrits philosophiques et littéraires. En 1908, en poste au lycée de Toulon, il est chargé d’un cours de philosophie à la Faculté des lettres d’Aix, cours qu’il professera jusqu’en 1914. En 1910, il est nommé Docteur ès Lettres suite à ses thèses, La prière, étude de psychologie religieuse, et Cournot et la psychologie vitaliste, publiés en 1911 chez F. Alcan.
En 1913, paraît son ouvrage L'intuition bergsonienne, qui le situe intellectuellement comme un bergsonien indépendant. Réformé en 1914, en juillet 1918, il est nommé au Lycée Lakanal de Sceaux, où il enseigne dans les classes préparatoires. Il participe lors de cette période à la critique des idées bergsoniennes : « Henri Bergson », dans La Chronique, février 1913 ; « L'intellectualisme et la philosophie bergsonienne », dans Revue philosophique, 1917. A la fin de la guerre, il publie La guerre mondiale et la vie spirituelle.
En juillet 1919, il entame sa carrière universitaire en tant que maître de conférences de philosophie à la Faculté de Caen. Il obtient sa première chaire à la Faculté de Besançon l’année suivante. En 1921, il est à la Faculté de Lyon, et en 1929, il est nommé à la Faculté de Lettres d’Aix, à la chaire qui avait été celle de Maurice Blondel. Il y a entre autres étudiants Gaston Berger, Marcel Brion, … En parallèle, en 1921, il est nommé membre de l’Académie des Sciences, des Belles-Lettres et des Arts de Besançon. En 1926, il est élu membre du Conseil Académique de Lyon. Le 23 janvier 1934, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.
En 1939, il prend sa retraite de la Faculté d’Aix, et s’installe à Nice, où malgré la cécité qui s'est développée dès 1918, il continue à écrire grâce à l’aide de sa femme, et à intervenir auprès d’étudiants à l’Institut d’Études Littéraires et au Centre Universitaire Méditerranéen. Il publie toujours et poursuit ces collaborations avec diverses revues, tendant toujours davantage vers la philosophie esthétique. Il travaille en outre un ouvrage intitulé Sentiment du nombre et eurythmie : essais d'esthétique et des ouvrages sur Baudelaire et sur l'existentialisme.
Il décède à Nice le 18 février 1854 à Nice des suites d’une congestion cérébrale.
Les éléments biographiques ci-dessus sont tirés des "Eléments de Biographie chronologique de Joseph Segond (1872-1954)" rédigés par Pierre Segond, petit-neveu de Joseph Segond.
Modalités d'entrée dans la collection :
Après la mort de Joseph Segond, ses archives ont été conservées par son neveu Jean Segond. A sa mort, celui-ci a chargé ses héritiers, sa fille, Anne-Marie Segond, mariée à Robert Lassalle, et son fils Pierre Segond, de transmettre ces archives manuscrites à la Bibliothèque. L’inauguration du fonds a eu lieu en 1988.
Les copies des correspondances ont visiblement été exécutées par Pierre Segond.
Bibliographie :
Bibliographie de Joseph Segond :
La prière, étude de psychologie religieuse. F. Alcan : 1911.
Cournot et la psychologie vitaliste. F. Alcan : 1911.
L'intuition bergsonienne. F. Alcan : 1913.
« Henri Bergson », dans La Chronique, février 1913.
« L'intellectualisme et la philosophie bergsonienne », dans la Revue philosophique, 1917, 42e année, n°7, p. 77-95.
La guerre mondiale et la vie spirituelle. F. Alcan : 1918.
Intuition et amitié. F. Alcan : 1919.
L'imagination, étude critique. Flammarion : 1922.
L'esthétique du sentiment. Boivin : 1927
La Vie de Blaise Pascal. H. Piazza : 1929.
Le problème du génie. Flammarion : 1930.
Traité de psychologie. A. Colin : 1930
La sagesse cartésienne et la doctrine de la science. J. Vrin : 1932.
La Vie de Benoît Spinoza. Perrin : 1933.
Art et science dans la philosophie française contemporaine. Librairie universitaire : 1936.
Hasard et contingence. Hermann & Co : 1938.
Logique du pari. Hermann & Co : 1938.
Psychologie de Jean Racine. Les Belles Lettres : 1940.
La signification de la tragédie. Les Belles Lettres : 1943.
Valeur de la prière. Ed. de la Baconnière : 1943.
Traité d'esthétique. Aubier : 1947.
«L'ironie » dans Revue des cours et conférences, n°12-14, 1939.
« Esthétique de la lumière et de l'ombre », dans Revue thomiste, déc. 1939.
« Les visages multiples d'Ernest Renan », dans Existences, n° 29, 1943.
« Hommage à Brunschwig », dans Les Études philosophiques, 1945.
« Film pur et dessin animé » dans Revue de filmologie, juillet-août 1947.
« Rythme inhérent au film » dans Revue de filmologie, septembre-octobre 1947.
« L'antinomie de l'Un et du Plusieurs dans la pensée religieuse », dans Revue internationale de philosophie, 15 janvier 1949, 3ème année, n°7, p. 108-116.
« Réflexions critiques sur l'existentialisme et le monde des valeurs », dans Revue internationale de philosophie, 15 juillet 1949, 3ème année, n°9, p. 320-328.
« La liberté divine et la liberté humaine : prélude cartésianiste à l'existentialisme », dans Les Études philosophiques, 1950, 5ème année, n° 2, p. 223-232.
« Symbolisme et réalité », dans Les Etudes philosophiques, 1950, 5ème année, n° 3-4, p. 328-336.
« Spinoza et Pascal », dans Annales de la Faculté de Lettres d'Aix, 1950.
« Remarques sur le vers baudelairien », dans Revue de la Méditerranée, 1951.
« L'ironie léonardesque », dans Les Etudes philosophiques, 1952, 7ème année, n° 3, p. 184-192.
« Esthétique du jugement », dans Les Etudes philosophiques, 1955, 10ème année, n° 1, p. 4-17.
Producteur du fonds ou collectionneur : Segond, Joseph (1872-1954)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/