Calames

Fonds Célestin et Elise Freinet

Langue : Ensemble en français
Description physique : Papier. 10 boites.

Organisme responsable
Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. BU Lettres, arts et sciences humaines
Campus Carlone
100, bd. Edouard-Herriot
06200 Nice
Téléphone : 04 93 37 55 04
bulettres@unice.fr
Site web de la bibliothèque

Description : Le fonds contient des sources et archives ayant servi aux oeuvres de Célestin Freinet, ainsi que des copies de correspondances de Célestin et Elise Freinet. S'y ajoutent de nombreux numéros des périodiques : L'Educateur, et le Bulletin des Amis de Freinet et de son mouvement.
Producteur du fonds ou collectionneur : Célestin Freinet Elise Freinet
Biographie ou Histoire :
Célestin et Elise Freinet sont deux pédagogues français, créateurs de la Pédagogie Freinet, marquée par le rôle de l’expression libre des enfants, pédagogie toujours représentée par le Mouvement de l’Ecole Moderne. Célestin Freinet est né à Gars (Alpes-Maritimes) le 15 octobre 1896. Il obtient le certificat d’études normales en mars 1915. Elise Lagier-Bruno est né le 14 août 1898 à Pelvous (Hautes-Alpes) et sort institutrice titulaire de l’Ecole normale de Gap en 1920. La même année, Célestin Freinet est nommé instituteur à Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes), où dès lors il met en place son expérience pédagogique dans le mouvement de l’Education nouvelle. En octobre 1924, il introduit dans sa classe une presse d’imprimerie et centre alors sa pédagogie autour de l’écriture et les textes imprimés. Elise et Célestin se rencontrent en 1925, année où Elise se met en congé pour aller étudier à Paris à l’académie de peinture ABC. Ils se marient en mars 1926. A la rentrée suivante, Célestin Freinet met en place une correspondance interscolaire avec la classe de René Daniel à Saint-Philibert-en-Trégunc, dont le récit dans L’Ecole émancipée permettra de faire naître un réseau de correspondance nationale.
En 1928, est créé la « Coopérative de l’enseignement laïc » (C.E.L.). En août 1929, naît l’unique enfant du couple Freinet, Madeleine. En février 1932, Célestin Freinet crée en auto-édition, L’Éducateur Prolétarien. Muté à Saint-Paul-de-Vence, en 1928, Célestin Freinet s’oppose à la municipalité de Vence sur les conditions d’hygiène et d’enseignement de son école, et obtient la création d’une nouvelle classe, ce qui déclenche une forte réaction hostile à son égard qui deviendra nationalement « L’affaire de Saint-Paul de Vence ». Célestin Freinet est censuré et doit être muté d’office. Préférant se consacrer à la C.E.L. et créer une nouvelle école, il se met en congé de longue durée jusqu’en 1935, où il prend sa retraite anticipée. L’ouverture de l’école des Freinet, Le Pioulier à Vence sera effective en juillet 1936.
En tant que militant communiste, Célestin Freinet est assigné à résidence en octobre 1939 puis interné en mars 1940. L’école du Pioulier est fermée en mai 1940 et ne rouvrira qu’en août 1945. En octobre 1941, assigné à résidence à Vallouise (Hautes-Alpes), Célestin Freinet y écrit ses principaux ouvrages, puis rejoint le maquis en 1944 et fait partie du Comité de libération de Gap. En 1946, il publie L’Ecole moderne française et en tant que directeur du C.E.L., s’installe avec Elise à Cannes, étant alors moins présents à l’école du Pioulier. L’école obtient puis perd plusieurs fois des postes d’enseignants publics. Ce n’est qu’en 1964 que la situation s’y stabilisera avec prise en charge des enseignants par l’Education nationale et statut d’école expérimentale. Le parti communiste lance une campagne contre Freinet qui le quitte en 1951.
En 1949 Elise Freinet publie Naissance d’une pédagogie populaire, et le film L’école buissonnière, réalisé par Jean-Paul de Chanois, fait connaître au grand public la pédagogie Freinet. En 1955, Freinet s’engage sur « 25 élèves par classe » à une époque où les classes en compte ordinairement le double et en 1957 il participe à la Fédération internationale des mouvements d’école moderne (FINEM). Elise Freinet créée à Coursegoules un musée d’art enfantin. En 1964, Célestin Freinet déclare ses 32 invariants pédagogiques. Célestin Freinet meurt à Vence le 8 octobre 1966 et l’Ecole Freinet devient une association loi 1901, les rapports d’Elise Freinet avec l’Institut coopératif de l'école moderne se dégradant rapidement. Elise Freinet meurt le 30 janvier 1983.
Sources : Notice biographique des Archives départementales des Alpes-Maritimes Consultée 02/01/2013 19 :27 ; et notice Wikipédia.
Modalités d'entrée dans la collection : Ce fonds pourrait être un don de Spinelli, instituteur à La Condamine (Menton, Alpes-Maritimes) qui fut parmi les premiers adhérents à l'Imprimerie à l'Ecole et un soutien syndical pour Freinet en 1927.
Documents en relation : La plus grande partie des archives personnelles de Célestin et Elise Freinet ont été versés aux Archives Départementales des Alpes-Maritimes par leur fille, Madeleine Bens-Freinet. (cote 161J063-161J065).
Producteur du fonds ou collectionneur : Freinet, Célestin (1896-1966)
Freinet, Élise (1898-1983)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/