Calames

Ms 1086/1-236 Répertoire numérique du fonds Évry Schatzman

Date : 1949-2010
Langue : Les archives du fonds Schatzman sont essentiellement en français et en anglais. Lorsque les documents sont rédigés dans d'autres langues, l'information est donnée au niveau de description correspondant.
Description physique : 236 cartons (25 mètres linéaires)

Organisme responsable
Bibliothèque de l'Observatoire de Paris-Meudon - site de Paris (France)
Bibliothèque de l'Observatoire
61, avenue de l'Observatoire
75014 Paris
France
+33 1 40 51 21 90
la.bibliotheque@obspm.fr
http ://www.obspm.fr/-bibliotheque-.html

Description :
Évry Schatzman (1920-2010), considéré comme le père de l’enseignement théorique de l’enseignement de l’astrophysique en France, a laissé un fonds particulièrement riche et complet reflétant ses multiples activités de chercheur et d'enseignant. Les archives conservées à l’Observatoire de Paris permettent de retracer sa carrière, depuis ses premières recherches alors qu’il est encore étudiant dans les années 1940 jusqu’à ce qu’il cesse ses activités en 2001, mais elles renseignent aussi son engagement dans les sphères syndicales, politiques et plus globalement dans une activité qu’il qualifiait lui-même d’idéologique.
La majeure partie du fonds est constituée d'archives scientifiques, travaux de recherche, documentation associée, documents relatifs à sa participation à différentes institutions d’astrophysique françaises et internationales, colloques et conférences (1954 - 1998), correspondance scientifique (1944 - 2001).
Les archives de l’enseignement se réfèrent essentiellement aux cours d'astrophysique et de physique des milieux ionisés qu’il a dispensés à Paris, à laFaculté des sciences, ainsi qu’à la correspondance entretenue dans le cadre de ses fonctions d’enseignant.
Les archives à caractère idéologique et politique s’organisent autour de différentes thématiques : position de l’enseignement scientifique en France, place de la science dans les médias, notamment dans la presse, sujets d’actualité qui l'ont particulièrement touchés.
Il est enfin à noter que la documentation (reproductions d’articles et d’images) occupe une part importante dans ce fonds.
Classement :
Il est pratiquement impossible d'identifier les contenus respectifs des quatre versements réalisés entre les années 1980 et 2006. Un premier classement a été effectué en 2004 par Caroline Giron qui a réalisé un inventaire organisé en trois grands ensembles : 1/ activité scientifique, 2/ idéologie et politique, 3/ enseignementl’activité scientifique.
Ce classement a été repris en 2014 par Fabienne Lavabre, dans le cadre d'une rétroconversion de l'inventaire dans Calames. Tous les documents laissés de côté en 2004 ont alors été traités ou intégrés dans le fonds : c'est le cas de six cartons de documents en vrac que C. Giron n'avait pu classer en 2004 ou de la documentation de travail, qui représentait 8 cartons (tirés-à- part, microfiches, plaques de verres) entrés par la suite. Le cadre de classement a été revu à la marge en 2014 lors de la consolidation de l'inventaire : l'activité scientifique et d'enseignement ont été rapprochées et placées en tête, l’ensemble "idéologie et politique" venant ensuite. Une quatrième partie a été ajoutée, rassemblant la documentation scientifique utilisée par Évry Schatzman. Au sein des trois premiers ensembles, les archives sont classées selon leur typologie : correspondance, participation à des colloques, travaux de recherche, etc.
Des modifications diverses ont par ailleurs été effectuées dans l'inventaire de 2004 avec l'intercalation de documents retrouvés dans les cartons non traités, notamment des archives scientifiques jusque là non identifiées. Ces dernières se composaient essentiellement de pages de calculs rangées dans des dossiers titrés par Évry Schatzman « recherches anciennes », « recherches inachevées » ou « en cours » : grâce au travail d'Annie Baglin, astronome ayant travaillé directement avec lui, la plupart de ces feuilles ont pu être assignées à des thématiques de recherche précises, identifiées à l'aide des notices de titres et travaux d'E. Schatzman.
Dans le présent instrument de recherche, le choix a été fait d'arrêter la description du fonds au niveau du dossier : néanmoins certaines parties du fonds ont fait l'objet d'inventaires détaillés. Ceux-ci sont systématiquement signalés, quelques uns sont accesibles sous forme de PDF en ligne, les autres pouvant être consultés à la bibliothèque.
Producteur du fonds ou collectionneur : Évry Schatzman
Biographie ou Histoire :
Évry Léon Schatzman, fils de Cécile Kahn et de Benjamin Schatzman, est né le 16 septembre 1920 à Neuilly-sur-Seine. Elevé dans un entourage à la fois juif et laïque, Évry Schatzman fait sa scolarité au lycée Chaptal à Paris avant d’entrer à l’Ecole normale supérieure, rue d’Ulm, en 1939.
Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, Évry Schatzman est trop jeune pour être mobilisé mais sa scolarité et sa sécurité vont être mises en péril par les mesures antisémites du gouvernement de Vichy. Au printemps 1940, Évry Schatzman passe ses examens de licence de mathématiques et de physique à Montpellier avant de rentrer à Paris. La dégradation de la situation à Paris et l’arrestation de son père lors de la Rafle des notables juifs le 12 décembre 1941 vont le contraindre à partir à Lyon. Évry Schatzman y prépare son Diplôme d’études supérieures sous la direction de Max Morand et le soutient en juillet 1942. Très affecté par la disparition de son père en octobre 1942, certainement mort lors de sa déportation à Auschwitz, Évry Schatzman adhère à l’Union des étudiants communistes.
Appelé au STO en 1943, et alors qu’il projetait d’épouser Ruth Fischer, Évry Schatzman entre dans la clandestinité. Il est mis en relation avec Jean Dufay, directeur de l’Observatoire de Lyon et de Haute-Provence et sympathisant de la Résistance. Jean Dufay, encouragé par Georges Bruhat, engage Évry Schatzman sous une fausse identité à Saint-Michel-l’Observatoire. A partir du 1er juillet 1943, Évry Schatzman, sous le nom d’Émile Louis Sellier, devient l'assistant de nuit au télescope du directeur adjoint de l’Observatoire, Charles Fehrenbach. Rejoint par sa femme quelques mois plus tard, il occupe cette période de clandestinité, qui va durer jusqu’au 15 octobre 1944, à lire la petite bibliothèque à sa disposition à l'Observatoire de Haute-Provence.
Agrégé de physique en 1945, Évry Schatzman devient chargé de recherche auCNRS la même année et soutient son doctorat en 1946. En 1947, Évry Schatzman reçoit ce qu'il considère comme sa véritable formation d’astrophysicien comme associé de recherche à l’Université de Copenhague, sous la direction de B. Strömgren, puis au cours de son séjour à Princeton sous la direction de L. Spitzer et M. Schwarzschild en 1948-1949. Maître de recherche à partir de 1948, il devient chargé de cours à la Sorbonne en 1949. Il y enseigne l’astrophysique dans le cadre du Certificat d’astronomie approfondie de 1949 à 1957 et dispense le cours d’Astronomie I, option de Licence de mathématiques et de Licence physique de 1957 à 1967. Sous son impulsion, en 1961, un 3e cycle d’astronomie (dit Astronomie III) est créé à la Faculté des sciences de Paris et se décompose en deux DEA : le DEA d’Astrophysique est placé sous la responsabilité d’Évry Schatzman tandis que Y. Thiry reçoit celle du DEA d’Astronomie fondamentale.
Évry Schatzman, qui codirige également de 1957 à 1969 le 3e cycle de Physique des milieux ionisés, est durant toute cette période à la tête d’un enseignement d’astrophysique cohérent et joue un rôle majeur dans le développement de l’astrophysique théorique, participant notamment à différentes écoles d’été européennes et créant l’école thématique de Goutelas en 1977.
Au début des années 1960, il participe par ses recherches au développement de l’Institut d'astrophysique de Paris puis souhaitant donner toute sa place à l'astrophysique théorique, il conçoit un projet de Laboratoire Universitaire, qu'il propose d'implanter au sein de l'Observatoire de Paris à Meudon. Ce projet donne naissance, après de nombreuses difficultés, à la création du Laboratoire d'Astrophysique de Meudon (LAM) en 1971 qui sera dirigé par Evry Schatzman jusqu'en 1976. Sa carrière de chercheur se poursuit à l’Observatoire de Nice de 1976 à 1989 puis de nouveau à Meudon à partir de 1989. Évry Schatzman reçoit le prix Holweck en 1975, la médaille d’or duCNRS en 1983 et devient membre de l’Académie des Sciences en 1985. Évry Schatzman s’est également consacré à la gestion de la science dans diverses institutions. Il est membre du directoire duCNRS de 1967 à 1971, président de la commission Enseignement de l’Astronomie (46) à l’Union astronomique internationale de 1964 à 1967 puis de la commission Constitution des étoiles (35) de 1970 à 1973.
La carrière d’Évry Schatzman se caractérise aussi par son engagement syndical et militant. Il a ainsi été le secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de 1953 à 1957. Marqué par la déportation de son père et les conditions de vie durant les années de guerre, Évry Schatzman s’est également mobilisé pour la défense des droits de l’homme, de la laïcité et du rationalisme (il fut le Président de l’Union rationaliste de 1970 à 2001). Membre de l’Union des étudiants communistes pendant la guerre, Évry Schatzman adhère au Parti communiste en 1946 avant de le quitter en 1959 en opposition avec le stalinisme.
Malade, Évry Schatzman cesse ses activités à partir de 2001 et meurt le 25 avril 2010 à Paris.
Provenance :
L’historique de la conservation du fonds Évry Schatzman est difficile à restituer, car le fonds est composé d’archives de multiples provenances dont l’organisation et les mouvements sont mal traçés.
Évry Schatzman a exercé son activité de chercheur dans différentes institutions :Institut d'astrophysique de Paris, Laboratoire d’Astrophysique de Meudon (LAM),Observatoire de Nice. Les différents déménagements qui en résultent ont sans doute eu des conséquences sur l'ordre et la constitution du fonds : lors de son départ du LAM pour l’Observatoire de Nice en 1976, il est possible par exemple qu’Évry Schatzman ait emporté avec lui la totalité de ses archives.
Selon des informations retrouvées dans des échanges de mels entre 2003 et 2004, Évry Schatzman aurait déposé une partie de ses archives soit à la Bibliothèque de Paris, soit à la Bibliothèque de Meudon. Ce versement, qui représenterait 11 cartons, aurait fait l’objet d’un tri ultérieur par Évry Schatzman qui aurait récupéré certains dossiers.
Depuis son retour à l’Observatoire de Paris-Meudon en 1989, Evry Schatzman occupait un bureau dans l’ancien bâtiment Copernic à Meudon dans lequel il avait installé sa bibliothèque et ses archives. Lorsqu'il tombe malade en 2001, ses archives et sa bibliothèque restent en place mais le bureau est ouvert et utilisé par des visiteurs et des étudiants.
En 2004, la nécessité de vider le bureau d’Évry Schatzman à Meudon aboutit au regroupement de l’ensemble de ses archives à la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (site de Paris). Elles étaient auparavant dispersées entre la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, la Bibliothèque de l’Observatoire de Meudon, le bureau de Schatzman à Meudon, enfin son domicile à Dompierre. Quelques reprints/preprints ont été récupérés par la suite puis transmis à la Bibliothèque en 2006.
Modalités d'entrée dans la collection :
Le fonds Évry Schatzman a été versé en plusieurs étapes à la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris et de Meudon. Le premier versement a été fait par Évry Schatzman, probablement après la mission réalisée à l'Observatoire de Paris en 1983 par Jean-Pierre Defrance, alors chargé de réaliser un tableau de la situation archivistique de l'établissement.
L'essentiel du fonds a cependant été versé en 2004 suite au déménagement du bureau d’Évry Schatzman à Meudon. S'y sont ajoutés des documents trouvés au domicile d’Évry Schatzman à Dompierre et versés par son épouse la même année. Enfin un reliquat de documents, principalement de la documentation, a été retrouvé par la suite et transféré à la bibliothèque en 2006.
Conditions d'accès : L'accès au fonds est soumis à une autorisation préalable et conditionné par la justification d'une recherche. Certains documents peuvent faire l'objet de restriction de communication conformément à la législation en vigueur mais peuvent faire l’objet d’une demande de dérogation.
Conditions d'utilisation : Toute publication ou reproduction de document du fonds est soumise à autorisation.
Bibliographie :
Jean-François Picard,Entretien avec Evry Schatzman,Histoire du CNRS et des politiques de la recherche dans la France du XXème siècle, 1987.
Evry Schatzman,The Desire To Understand the World,Annual Review of Astronomy and Astrophysics, 34, 1-34 (1996)
Spencer Weart,Interview with Dr. Evry Schatzman, at International Astronomical Union Meeting,Oral History Transcript, American Institute of Physics, 1979.
Information sur le traitement : La présente notice a été rédigée par F. Lavabre à partir d'éléments rassemblés par C. Giron en 2004 et de la bibliographie disponible. Elle a été revue par L. Bobis.
Evaluation et tris :
Le fonds Évry Schatzman a fait l’objet d’un tri, de reversements et d’éliminations lors de la reprise de l’inventaire en 2014.
- Après traitement des archives scientifiques non identifiées, les feuilles volantes comportant des calculs sans intérêt, isolés, inachevés et non-contextualisés ont été éliminées.
- Parmi les archives relatives à son activité d’enseignant, Évry Schatzman avait conservé des copies de ses élèves au Certificat d’études supérieures d’Astronomie, d’Astrophysique et de Physique des milieux ionisés ainsi que les fiches de renseignements de ses étudiants. Ces documents ont été restitués au Rectorat de Paris. L’inventaire précis ainsi que le certificat de remise sont disponibles à la Bibliothèque de l’Observatoire.
- Les dossiers relatifs aux colloques auxquels Évry Schatzman n’a pas participé ont été éliminés après avoir été listés. Cette liste est donnée dans le présent instrument de recherche. Les archives des colloques auxquels Évry Schatzman a participé ont fait de leur côté l’objet d’un tri afin d'éliminer les documents purement logistiques (réservations d’hôtels, factures de restaurant, titres de transport) et touristiques (cartes de villes, fascicules de musées).
- La documentation (sous forme de tirés-à-part, microfiches ou plaques de verre) reçue par Evry Schatzman a été éliminée, une liste des titres des article ou ouvrages étant cependant conservée. Les tirés à part dont il est l'auteur ont quant à eux été conservés en un exemplaire, classés chronologiquement et reliés de manière à constituer une documentation immédiatement accessible à la compréhension du fonds.
Producteur du fonds ou collectionneur : Schatzman, Évry (1920-2010)
Université de Paris (1896-1968). Faculté des sciences
Observatoire de Haute-Provence (Saint-Michel-l'Observatoire, Alpes-de-Haute-Provence)
Centre national de la recherche scientifique (France)
Université de Paris (1896-1968). Faculté des sciences
Institut d'astrophysique (Paris)
Observatoire de Nice
Centre national de la recherche scientifique (France)
Centre national de la recherche scientifique (France)
Union astronomique internationale
Union rationaliste (Paris)
Institut d'astrophysique (Paris)
Observatoire de Nice
Oeuvre : Entretien avec Evry Schatzman
The Desire To Understand the World
Interview with Dr. Evry Schatzman, at International Astronomical Union Meeting
Sujet : Académie des sciences (France)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/