Calames

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya

Date : 1979-2015
Langue : Certains entretiens sont en arabe dialectal, qui est différent pour chaque région du Yémen. Les conférences et enregistrements institutionnels sont en arabe classique
Description physique : fichiers numériques. 13 265 fichiers organisés en 7 répertoires : sonores (342 fichiers), vidéos (258 fichiers), illustrations (199 fichiers), projets éditoriaux (241 fichiers), publications (88 fichiers), photos (4506 fichiers), textes (7355 fichiers).

Organisme responsable
MMSH

Description : Collecte multisupport du patrimoine oral au Yémen : Entre 1979 et 2015, Fatima Al-Baydani-Alzawiya s'est consacrée à la collecte du patrimoine culturel immatériel au Yémen. Avec son association, “Aydanout”, elle a parcouru les 22 régions du Yémen de la Tihama au Hadramaout et de Saada à Aden et à Socotra entourée d’une équipe qu’elle a elle-même formée à la collecte et au traitement des données : Hilmi Abd-Rachid, comptable ; Hani Al-Asri, transcripteur, chercheur ; Hoayda Al-Chaiba, traductrice et coordinatrice ; Ryadh Al-Chaiba, informaticien, chauffeur ; Jalal Al-Gofri, transcripteur ; Modjib Al-Rumaith, monteur ; Maryiam Awadh, assistante de l'enquêtrice ; Ahmed Issa, dessinateur, photographe. Son projet était de collecter le maximum de matière possible sur le patrimoine culturel immatériel, en langue dialectale : musiques traditionnelles, comptines, jeux d'enfants, récitation de poésie, danse traditionnelle, cérémonies de mariages… Elle a privilégié la vidéo pour documenter ces différents sujets. Ce choix n’était pas le plus simple. Elle n’a cessé d’affronter différents obstacles de terrain : l’interdiction d’enregistrer ou de filmer des femmes, le frein représenté par la présence de matériel moderne, la peur de risquer des problèmes politiques en s’exposant publiquement… Face à ces difficultés, l’enquêtrice a dû utiliser des supports de collecte complémentaires : enregistrements sonores, photographies, prise de notes. Elle a parfois su trouver des alternatives en choisissant de filmer uniquement les pieds d’une danseuse, en s’accompagnant d’un dessinateur chargé de faire des croquis des séances, ou encore en choisissant de faire apprendre par cœur à son équipe des morceaux de littérature orale qui ne pouvaient être enregistrés ou transcrits. Son but était de garder une trace audible et visible dans toutes circonstances. Elle a utilisé les différents matériaux collectés pour mettre en place des actions pédagogiques telles que des ateliers et des spectacle qui ont donné lieu à la création de nouvelles archives également présentes dans le fonds. Ses travaux l'ont amenée à collaborer avec le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), le Centre Culturel Français de Sana'a, ainsi qu’avec l’École Normale Supérieure de Paris (ENS). Fatima Al-Baydani-Alzawiya a mené un travail unique au Yémen. Aucun autre chercheur n’avait encore ainsi concentré son regard sur les femmes, et aucune enquête n’avait porté sur l’ensemble du territoire du Yémen. En collaboration avec Jean Lambert, ethnomusicologue et anthropologue spécialiste du Yémen, Fatima Al-Baydani-Alzawiya avait commencé un travail d’archivage sur place, avec le soutien financier du Fonds Social de Développement local et le soutien technique de professionnels français. L’enjeu était de préserver et de rendre ses données accessibles, notamment pour les chercheurs et diplomates de passage au Yémen pour qui Fatima Al-Baydani-Alzawiya et son association étaient devenus une référence. L’objectif était de créer un centre de ressources. Le projet a pris fin en 2011 lorsque la chercheure a dû quitter le Yémen dans l’urgence du fait de l’instabilité politique dans laquelle était plongé le pays. Elle a déposé l’ensemble des données récupérées à la phonothèque de la MMSH, dans le cadre d’une convention avec le laboratoire IREMAM.
Producteur du fonds ou collectionneur : Fonds issu de la collecte de terrain de Fatima Al-Baydani-Alzawiya
Biographie ou Histoire : Fatima Al-Baydani-Alzawiya, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, en formant de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. En 2001, elle a créé une association culturelle nommée « Meel al-Dhahab », qui est le nom du bâtonnet pour appliquer le khôl, en référence à la beauté féminine, puis renommée « Aydanout », en 2014, c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani-Alzawiya a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages. Actuellement, Fatima Al-Baydani-Alzawiya travaille sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen. Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.
Provenance : Les documents (tous supports confondus) collectés ont fait l’objet d’un premier travail d’archivage au Yémen. Avant son départ du Yémen en 2011, Fatima Al-Baydani-Alzawiya et son équipe ont copié un maximum de données sur un disque dur externe mais malheureusement, tout n’a pas pu être rapatrié. Dans le cadre d’une convention avec l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman) qui a soutenu son travail et financé sa venue en France, elle a déposé l’ensemble de ces archives à la phonothèque de la MMSH. Au moment du tri, des répertoires ont été créés comprenant des sous-dossiers organisés suivant les thématiques, régions, événements. Un premier inventaire a été commencé en collaboration avec Neila Thouaibia, doctorante à l’IREMAM, commenté par la chercheure et saisie en bilingue arabe-français, en vue de fournir un premier échantillon de traitement et de valorisation de ce fonds. Sur une impulsion de l’IREMAM, des publications autour de ces archives sont également prévues.
Modalités d'entrée dans la collection : Dépôt des archives à la phonothèque de la MMSH par Fatima Al-Baydani-Alzawiya en deux temps en Février 2015 puis en Octobre 2016.
Accroissements : Fonds clos
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Fichiers numériques uniquement. Documents natifs numériques ou analogiques numérisés. Les documents analogiques originaux n'ont pu être conservés et ne sont donc pas consultables
Conditions d'accès : Les droits des informateurs sont cédés par Fatima Al-Baydani à la MMSH à titre non-exclusif et pour une utilisation non-commerciale, comprenant la consultation, la conservation, la diffusion des archives dans l’enceinte de la MMSH ou dans le cadre de manifestations organisées sous la direction de la MMSH.
Conditions d'utilisation : CC-BY-NC en majorité, exceptions déterminées par la chercheure
Documents en relation : Le fonds, en cours de traitement en mars 2017, est divisé en plusieurs corpus : Vidéos de terrain du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya | Enquêtes orales enregistrées sur le terrain du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya | Spectacles et ateliers filmés du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya | Photographies de terrain du fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya | Transcriptions de contes issus fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya
Bibliographie :
Conférence en ligne donnée par Fatima Al-Baydani-Alzawiya
Al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009
Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 #o#avec le soutien de l’Unesco#f#
Al-Qird wa-l-qirda (le singe et la guenon)
Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008
Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014
Haggabi yamma ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse, Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015
Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014
Contes du Yémen : lit de pierre, lit de verre collectés par Fatima al-Baydani ; traduits par l'atelier de traduction arabe de l'École normale supérieure ; illustrations d'Hélène Muller, 2008.
Information sur le traitement : En décembre 2016, le fonds est trié. Entre janvier et mars 2017, le catalogage est réalisé sur une sous-partie du fonds composée de 40 photos et de 15 vidéos.
Reproduction(s) numérique(s) : Numérisation disponible en ligne
Producteur du fonds ou collectionneur : Al-Baydani-Alzawiya, Fatima (1964-....)
Aydanout, Meel al-Dhahab
Auteur : Al-Baydani-Alzawiya, Fatima, Ali Fadhel Al-Zawya, Fatima (1964-....)
Participant : Abd-Rachid, Hilmi
Al-Asri, Hani
Al-Chaiba, Hoayda
Al-Chaiba, Ryadh
Al-Gofri, Jalal
Al-Rumaith, Modjib
Awadh, Maryiam
Issa, Ahmed
Centre français d'archéologie et de sciences sociales (Sanaa)
Ecole normale supérieure (Paris ; 1985-....). Laboratoire de sciences sociales
Lambert, Jean (1956-....)
Sujet : Patrimoine oral et immatériel de l'humanité
Musique traditionnelle
Comptines
Jeu
Poésie -- Lecture en public
Danse traditionnelle
Femmes
Littérature populaire
Pédagogie
Tradition orale
Enquêtes de terrain (ethnologie)
Ethnomusicologie
collectage
Lieu de production : Yémen
Types de documents : images animées
enregistrement sonore
image fixe

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/