Calames

Fonds Mouvement français pour le Planning Familial (MFPF)

Date : 1961-2017
Langue : français
Description physique : Papiers, affiches, tracts, brochures de documentation. 29 mètres linéaires.

Organisme responsable
Bibliothèque universitaire d'Angers
5 rue Le Nôtre
49045 Angers Cedex
Tél. 02 44 68 80 03
bu.univ-angers.fr/contact
Site web de la bibliothèque

Description :
Les grandes parties du plan de classement reflètent l’organisation interne de la confédération et témoignent de son organisation hiérarchique et des différentes actions administratives relatives à la vie du mouvement :
gouvernance (congrès, assemblée générale, conseil d'administration, bureaux, commissions, secteurs technques confédéraux, circulaires internes, agendas).
administration de la confédération (courrier administratif, adhésions, gestion financière, patrimoine immobilier, relations extérieures).
activités regroupées de manière thématique (colloques, lobbying, enquêtes diverses, actions de sensibilisation de la jeunesse, participation à des instances nationales et internationales, éditions, communication).
dossiers documentaires thématiques (correspondance, coupures de presse, tract...).
archives du collège des médecins (traitées sous forme de sous-fonds du fait de la relative autonomie de cette structure au sein du MFPF).
Classement :
Les archives du Mouvement français pour le Planning Familial ont été classées en s’appuyant sur la hiérarchie interne du mouvement et en mettant en avant les fonctions de gouvernance et d’administration.
Les congrès annuels, qui constituaient des étapes importantes de la vie du mouvement et qui étaient l’instance de décision la plus importante en matière d’orientation et de structure du mouvement, ont donc été placés au début du plan de classement.
De même, la hiérarchie entre le bureau, le conseil d’administration et les différentes commissions et secteurs techniques a été restituée dans le plan de classement. Les différents échelons (confédéral, fédéral, départemental) ont aussi été mis en évidence pour tenter de refléter la structure interne du mouvement et ses évolutions en allant du général au particulier.
Les activités de la confédération ont été classées de manière plus thématique, un mode de classement qui semblait être en vigueur au MFPF. Les séries qui constituaient le fonds ont été maintenues ensemble tout en tentant de restaurer un classement interne qui les rendent accessibles et compréhensibles. Lorsque cet ordre était impossible à restaurer, comme par exemple pour la série des circulaires internes, les documents qui n’ont pas pu être rattachés de manière logique ou satisfaisante à des circulaires ont été regroupés ensemble.
Concernant la rédaction des analyses des articles, un mode de description simple et synthétique a été volontairement adopté pour tenter de faciliter la lisibilité et la compréhension.
Producteur du fonds ou collectionneur : Mouvement français pour le Planning Famillial (MFPF)
Biographie ou Histoire :
L’association Maternité Heureuse, ancêtre du Planning Familial, est créée le 8 mars 1956 par Évelyne Sullerot, sociologue, et Marie-Andrée Lagroua Weil-Hallé, gynécologue. La naissance de l’association Maternité Heureuse correspond ainsi à l’émergence d’une nouvelle génération de médecins, de sociologues, de journalistes, qui s’appuient sur leur propre expérience pour revendiquer la possibilité de contrôler les naissances. L’association Maternité Heureuse est donc la première initiative concrète pour tenter de donner aux couples la possibilité de limiter les grossesses et de planifier les naissances.
L’association connaît un certain essor, notamment grâce aux contacts internationaux de sa présidente qui effectue de nombreux voyages qui lui permettent de se documenter et de diffuser les idées d’une maternité choisie et consciente. Les premiers contacts avec l’International Planned Parenthood Federation (IPPF) ont lieu dès 1957, et Maternité Heureuse adhère à la fédération en 1958.
La Maternité Heureuse change de nom en 1960 pour se doter d’un nom qui met en avant son affiliation à l’IPPF, et s’appelle désormais le Mouvement français pour le Planning Familial (MFPF).
Les milieux médicaux, paramédicaux et de l’action sociale sont particulièrement présents dans les premières années du MFPF. Cet appui conséquent du milieu médical est ce qui permet au MFPF de grandir et d’ouvrir ses premiers centres locaux. Le premier centre de Planning Familial ouvre à Grenoble en 1961, à l’initiative du docteur Henri Fabre, gynécologue, ancien résistant et membre du Parti communiste.
Le premier centre parisien du Planning est ouvert le 27 Octobre 1961. La Direction nationale du mouvement se met en place en 1961 et 27 centres sont ouverts en 1962 dans les villes de province. Les rapports entre le niveau national et le niveau départemental se complexifient au fur et à mesure que les effectifs augmentent. En 1963, le MFPF devient une fédération composée d’associations départementales et de fédérations régionales avec un règlement strict. Le discours sur la contraception et l’avortement reste centré sur les notions de famille et de bien-être familial, et la contraception est vue avant tout comme un moyen d’empêcher les avortements. En 1965, le mouvement compte près de 4000 adhérents.
La loi Neuwirth est promulguée le 28 décembre 1967 et autorise la vente de contraceptifs sur ordonnance. L’obtention d’une méthode contraceptive est soumise au consentement des parents en ce qui concerne les mineures.
Une nouvelle génération de militants et de militantes émerge avec Mai 1968. Ceux-ci sont souvent proches des combats féministes qui apparaissent à la fin des années 1960, et notamment du Mouvement de libération des femmes (MLF). La question de la libéralisation de l’avortement devient peu à peu inéluctable au début des années 1970. Les questions éthiques, philosophiques, mais aussi techniques, sont au cœur des débats qui animent le MFPF au début des années 1970. Le MFPF se positionne ouvertement en faveur de la libéralisation de l’avortement et s’engage dans l’opposition au gouvernement et aux pouvoirs publics. Le MFPF s’appuie davantage sur le maillage des associations départementales, et les instances dirigeantes tentent de mieux s’adapter à la diversité de situations de ces centres locaux. Le MFPF signe des conventions avec l’État en matière d’éducation à la sexualité, et de préventions des viols et violences faites aux femmes.
La loi Calmat du 23 janvier 1990 permet aux centres du MFPF de devenir centre de dépistage des infections sexuellement transmissibles par agrément préfectoral.
En 2017, le MFPF était en contact, à travers ses permanences, avec environ 390 000 personnes par an. Le MFPF est présent, à travers ses antennes locales, dans 76 départements et se définit encore aujourd’hui comme une association « féministe d’éducation populaire ».
Provenance :
Le fonds Mouvement français pour le Planning Familial a fait l’objet d’un premier récolement effectué par une stagiaire de master 1 Archives en 2007. Ce récolement avait pour objectif de faire un état des lieux des archives présentes au centre de documentation du MFPF, situé au 4 square Saint-Irénée, dans le 11e arrondissement de Paris. La majeure partie des archives étaient conservées en vrac. Le récolement qui a été effectué ne concerne donc que partiellement les archives qui ont été produites et qui sont encore aujourd’hui conservées par le MFPF. Certains ensembles, tels que la comptabilité ou les ressources humaines n’ont pas été concernés par ce récolement car l’association souhaitait garder ces archives à sa disposition.
Le récolement a aussi été l’occasion d’effectuer un pré-classement sur les documents concernés. Des indications ont été inscrites sur les boites concernant leur contenu thématique et les typologies de documents présents, ainsi que les dates extrêmes. Cependant, depuis le récolement effectué en 2007, et jusqu’à l’arrivée du fonds en 2018 au Centre des archives du féminisme, il semble que l’ordre des documents a été modifié et que certains ont été extraits pour usage interne. Par exemple, la partie comptabilité, mentionnée dans le récolement, n’a pas été déposée au CAF.
De même, certaines boîtes qui sont arrivées au CAF ne sont pas mentionnées dans ce récolement. Ces ensembles concernent principalement les fonds d’autres associations auxquelles le Planning Familial était affilié.
Depuis ce premier récolement effectué en 2007, le fonds a été conservé au centre de documentation du MFPF et a subi plusieurs sinistres partiels (inondation, chute de béton sur quelques boîtes). Ainsi, ni l’intégrité du fonds ni le respect de l’ordre originel des documents ne peuvent être garantis, d’autant plus que le récolement a été effectué en suivant une logique essentiellement thématique. De plus, il subsiste une grande incertitude concernant le volume et la nature des archives encore présentes au centre de documentation du MFPF, qui pourront éventuellement faire l’objet d’un don ultérieur.
Modalités d'entrée dans la collection :
Le fonds a fait l’objet d’un don de la part de la présidente actuelle du MFPF, Véronique Séhier, à l’association Archives du féminisme le 24 juin 2018. Ce don a été acté par une lettre de don.
L’association Archives du féminisme a procédé à un dépôt du fonds à l’université d’Angers, au Centre des archives du féminisme.
Le transport du fonds a été pris en charge par la bibliothèque universitaire d’Angers qui a fait appel à un transporteur. L’arrivée du fonds dans cet établissement, le 16 octobre 2018, a été filmé par Angers Télé.
Accroissements : Possibilité de dépôts ultérieurs dont la nature, le contenu et le métrage linéaire restent à préciser.
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Les articles contenant des documents sinistrés et en mauvais état de conservation sont signalés dans le corps du répertoire. Ils ne sont pas librement communicables.
Conditions d'accès :
La consultation du fonds est libre, à l’exception des articles soumis à un délai de communicabilité prévu par l’article L213-2 du Code du patrimoine, qui sont signalés dans le corps du répertoire. Les délais de communicabilité les plus présents dans le fonds du MFPF sont les suivants :
- Présence de données relatives à la vie privée (nom, adresse, numéro de téléphone, situation maritale, nombre d’enfants...) de personnes nommément désignées ou identifiables indirectement : un délai de 50 ans s’applique à compter de la date de création du document le plus récent contenu dans l’article.
- Présence d’appréciation ou de jugements de valeur sur des personnes physiques nommément désignées ou identifiables indirectement : un délai de 50 ans s’applique à compter de la date de création du document le plus récent contenu dans l’article.
- Présence d’informations relatives à l’intimité et à la vie sexuelle des personnes, un délai de 75 ans s’applique à compter de la date de création du document le plus récent contenu dans l’article.
- Présence de données relatives au secret médical concernant des personnes nommément désignées ou identifiables indirectement : un délai de 120 ans s’applique à partir de la date de naissance de la personne concernée. Dans le cas présent, le délai de 120 ans a été calculé à partir de l’année de naissance de la patiente la plus jeune mentionnée dans le dossier.
Il est possible d’obtenir une dérogation pour pouvoir consulter les articles ou ensembles d’articles qui ne sont pas librement communicables. La procédure de dérogation passe par la responsable du Centre des archives du féminisme, France Chabod. Si la dérogation est obtenue, elle s’applique à l’ensemble des parties du fonds qui sont concernées par une possibilité de dérogation.
Conditions d'utilisation : Les photographies sans flash sont autorisées selon les règles en vigueur au Centre des archives du féminisme, sauf mention contraire, pour une utilisation personnelle, après signature d'un engagement spécifique.
Citer sous la forme : Fonds du Mouvement français du Planning Familial, 60 AF. Bibliothèque universitaire d'Angers
Documents en relation :
Sources complémentaires au Centre des archives du féminisme : fonds d’Évelyne Sullerot (67 AF), fonds Pierre Simon (17 AF), fonds Suzanne Képès (19 AF), un témoignage audiovisuel de Suzanne Képès, enregistré en 2005, est présent dans le fonds Témoigner pour le féminisme (24 AF), les fonds du GEREA (Groupe d’études et de recherche pour l’éducation des adultes) (69 AF), du CNAJEP (Comité national et international des associations de jeunesse et d’éducation populaire) (70 AF), et du Collectif foyers féminins (68 AF), fonds du MLAC (10 AF), du GIS (44 AF) et du Collectif IVG Tenon (53 AF), fonds Yvette Roudy (5 AF.)
Sources complémentaires dans d’autres services d’archives : centre de documentation du MFPF, centre de documentation du MFPF de l’Isère, Pôle des archives d’associations de jeunesse et d’éducation populaire (PAJEP), Archives nationales de France, bibliothèque Marguerite Durand, bibliothèque interuniversitaire de santé-médecine.
Autre instrument de recherche : Répertoire numérique détaillé téléchargeable sur le site web de la bibliothèque universitaire d'Angers et disponible en version papier au bureau de consultation des Fonds Spécialisés de la bibliothèque universitaire Lettres et Sciences.
Bibliographie :
Instruments de travail :
Association des archivistes français, Abrégé d'archivistique : principes et pratiques du métier d'archiviste, Paris : Association des archivistes français, 2012.
BARD Christine, CHAPERON Sylvie, Dictionnaire biographique des féministes. France XVIIe-XXIe siècles, Paris : Presses universitaires de France, 2017.
BARD Christine, METZ Annie, NEVEU Valérie, Guide des sources de l’histoire du féminisme, Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2006.
NOUGARET Christine, GALLAND Bruno, Les instruments de recherche dans les archives, Paris : La Documentation française, 1999.
Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire, Archives des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire : guide des sources, remis à jour en janvier 2019 (en ligne) disponible sur http://archives.valdemarne.fr/_depot_ad94/articles/607/05-gds-version-11-01-2019_doc.pdf ( consulté le 20 mai 2019).
Les archives privées et les archives d'associations :
BLUM Françoise, Genre de l’archive, constitution et transmission des mémoires militantes, Paris : publications du CODHOS, 2017.
Direction des archives de France, Les archives privées, Paris : La Documentation française, 2008.
HILDESHEIMER Françoise,Les archives privées, le traitement des archives personnelles, familiales et associatives, Paris : Christian, 1990.
NOUGARET Christine, « L’intérêt des archives privées pour l’histoire », in Les archives privées, journée d’étude de la section des archives départementales, Angers, 7 octobre 2005, La Gazette des archives n° 201, Paris : Association des archivistes français, 2006, p.19-25.
Histoire des mouvements féministes :
BARD Christine, Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2012.
JACQUEMART Alban, Les hommes dans les mouvements féministes : socio-histoire d'un engagement improbable, Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2015.
JACQUEMART Alban, MASCLET Camille, « Mixités et non-mixités dans les mouvements féministes des années 1968 en France » in Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 2, 2017, p. 221-247.
PIGENET Michel, TARTAKOWSKY Danielle, Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La découverte, 2014.
Histoire du Planning Familial :
BARD Christine, MOSSUZ-LAVAU Janine, Le Planning Familial : histoire et mémoire, 1956-2006, Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », Rennes, 2007.
IFF Simone, Demain la société sexualisée : le combat du Mouvement français pour le Planning Familial, Paris : Calmann-Lévy, 1975.
MORE Caroline, « Sexualité et contraception vues à travers l'action du Mouvement français pour le Planning Familial de 1961 à 1967 », in Le Mouvement Social, n° 207, 2004, p. 75-95.
Mouvement français pour le Planning Familial, D’une révolte à une lutte : 25 ans d’histoire du Planning Familial, Paris : Tierce, 1982.
Mouvement Français pour le Planning Familial, Liberté, sexualités, féminisme : 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes, Paris : La découverte, 2006.
PORÉE Lydie, Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Histoire et mémoire des groupes locaux du Planning Familial, de Choisir et du MLAC (1965-1975), Mémoire de master 2 histoire sous la direction de Christine Bard, soutenu en juin 2013 à l’université d’Angers.
Histoire de la sexualité, de l'avortement et de la contraception :
CAHEN Fabrice, « De « l’efficacité » des politiques publiques : la lutte contre l'avortement « criminel » en France, 1890-1950 », in Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 58-3, n° 3, 2011, p. 90-117.
CAHEN Fabrice, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890- 1950, Paris : Éditions de l’INED, 2016.
GARCIA Sandrine, « Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte pour la légalisation de l'avortement », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. n° 158, n° 3, 2005, p. 96-115.
MOSSUZ-LAVAU Janine, Les lois de l’amour : les politiques de la sexualité en France (1950-2002), Paris : Payot, 2002.
PAVARD Bibia, ROCHEFORT Florence, ZANCARINI-FOURNEL Michelle, Les lois Veil, contraception 1974, IVG 1975, Paris : Armand Colin, coll. « U Histoire », 2012.
Biographies et témoignages :
GAUTHIER Xavière, Paroles d’avortées : quand l’avortement était clandestin, Paris : La Martinière, 2004.
KÉPES Suzanne, LÉVY Danielle, Du corps à l’âme, Paris : L’Harmattan, 1996.
PIERRAT Emmanuel, Pierre Simon : médecin d’exception, du combat pour les femmes au droit de mourir dans la dignité, Paris : Don Quichotte Éditions, 2018.
SIMON Pierre, De la vie avant toute chose, Paris : Mazarine, 1979.
SULLEROT Évelyne, MORLINO Bernard, L’insoumise : femmes, familles, les combats d’une vie, Paris : L’archipel, 2017.
Webographie :
http://musea.fr/, propose des expositions virtuelles sur l’histoire des femmes et du féminisme. Une exposition sur les affiches du Planning Familial a été réalisée en 2006 à l’occasion des 50 ans du mouvement.
https://www.archivesdufeminisme.fr/, site de l’association Archives du féminisme qui a contribué à la création du Centre des archives du féminisme et à la collecte des archives du MFPF.
http://bu.univ-angers.fr/zone/Patrimoine/centre-des-archives-du-feminisme, page du CAF sur le site de la bibliothèque universitaire d’Angers, permet d’accéder aux instruments de recherche des fonds conservés au CAF et au catalogue de la bibliothèque qui possède une importante collection d’ouvrages sur l’histoire des femmes et du féminisme.
Information sur le traitement : Ce répertoire numérique détaillé a été rédigé entre février et juin 2019 par Marie Gauthier, stagiaire de master 2 Archives à l’université d’Angers puis augmenté et terminé lors d’une vacation entre septembre et décembre 2019.
Evaluation et tris : Les documents présents en double ont été éliminés, ainsi qu’un carton contenant des documents de vote vierges. Les documents éliminés représentent environ 0,8 ml.
Producteur du fonds ou collectionneur : Mouvement français pour le planning familial

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/