Calames

ARCH001 Charles Archaimbault

Date : 1915-1995

Organisme responsable
Archives de l'École française d’Extrême-Orient (Paris)
22 avenue du Président Wilson
Paris
France
75116
Téléphone :+33 1 53 70 18 46
Fax :+33 1 53 70 87 60
Courriel :bibliotheque@efeo.net

Description : Le fonds rassemble une partie des documents produits par Charles Archaimbault au cours de sa carrière scientifique d’ethnologue. Il se compose essentiellement de matériaux de terrain collectés durant son séjour au Laos de 1951 à 1956 issus de ses enquêtes menées surtout dans les provinces de Vientiane, Louang Prabang, Sieng Khouang et Campasak et en lien direct avec ses projets personnels de recherche et de publication. Il s’agit des cahiers de terrain, photographies, cartes, ouvrages et plus de 40 cahiers de textes manuscrits rédigés en langues lao, pali et thaï qui présentent un corpus de traditions orales et écrites recueillies par Charles Archaimbault et ses collaborateurs dans les monastères, bibliothèques et archives locales. Ces textes lui permettent d’établir les fondements de l’identité de la culture lao et les raisons de l’existence de variations importantes ; il les exploitera toute sa vie pour élaborer ses ouvrages et articles. Le fonds comporte aussi un ensemble de manuscrits, de différents niveaux d’élaboration, rédigés surtout au cours de ses quinze dernières années à Bangkok. Ils constituent ce qui aurait dû être son dernier projet de publication, un grand ouvrage de synthèse sur les chefferies lao. Plusieurs documents de travail, extraits de manuscrits et notes d’un grand intérêt scientifique accompagnent ses écrits, parmi lesquels, sa thèse de doctorat inédite « L'histoire et l'organisation rituelle de Basak-Champasak » (1959). Des comptes rendus sur les écrits de Charles Archaimbault, ainsi que quelques ouvrages publiés, viennent compléter le fonds.
Classement : Respectant le classement de l’auteur, les documents conservés sont organisés en 4 sous-fonds. 1. Le premier est composé de documents biographiques professionnels et de la correspondance. Ils nous renseignent à la fois sur la carrière de Charles Archaimbault et sur ses programmes officiels de recherche. 2. Le deuxième est constitué de matériaux de terrain collectés à son initiative au Laos (1951-1956). En fonction de la nature des documents les matériaux de terrain sont repartis en 5 séries : - Un ensemble de plus 40 cahiers d’écolier contenant des textes manuscrits en langues lao, pali et thaï. - 2 cahiers de terrain contenant des notes ethnographiques en français produit de son observation directe de plusieurs fêtes et cérémonies périodiques lao. - Un petit ensemble de photographies illustrant surtout des manuscrits sur ôles en laotien. - Cartes et plans divers. - Sources bibliographiques complémentaires en lao et thaï, principalement de caractère historiographique (recueils de chroniques, annales, etc.). L’ensemble de ces ouvrages, souvent annotés personnellement, est intégré au catalogue de la Bibliothèque de l’EFEO. 3. Le troisième est le plus volumineux. Il comporte 7 dossiers de manuscrits en cours de rédaction. Les dossiers I, II et III sont consacrés au projet d’élaboration d’un grand ouvrage de synthèse sur les chefferies lao (royaumes de Louang Prabang, Sieng Khouang, Vieng Cân et Campasak). Les dossiers IV et V regroupent un ensemble de manuscrits qui relatent les biographies du prince Càu Bùn Um et de Càu Siromé (Campasak), probablement destinés à des addenda d’un ouvrage. Le dossier VI est composé de documents de travail, extraits de manuscrits et notes associés à ses écrits. Le dossier VII contient sa thèse de doctorat « L'histoire et l'organisation rituelle de Basak-Champasak » présentée en 1959. Il est important de souligner que cette division ne doit pas masquer une indéniable fluidité dans la manière dont Charles Archaimbault utilisait ses matériaux (notes, textes, cahiers, etc.) suivant les différents degrés d’élaboration de ses manuscrits. 4. Finalement, la quatrième partie contient des publications de Charles Archaimbault, ainsi qu’un dossier de comptes rendus et articles sur ses ouvrages. Ses ouvrages sont intégrés au catalogue de la Bibliothèque de l’EFEO.
Producteur du fonds ou collectionneur : Archaimbault, Charles (1921-2001)
Biographie ou Histoire : Thouars, 1921 – Créteil, 2001. Membre de l’EFEO de 1951 à 1978 Parallèlement à la préparation de certificats d’esthétique, de psychologie et de religions primitives, Charles Archaimbault prend une part active à la Résistance, dont, à la Libération, il analyse les implications philosophiques dans un diplôme d’études supérieures. Il obtient la licence de philosophie en 1946, puis se dirige vers l’École des langues orientales, dont il termine le cursus en 1950, après y avoir étudié le chinois, le thaï et le lao. Entre-temps, il rencontre A. Leroi-Gourhan qui le prend comme stagiaire CNRS au musée de l’Homme et le pousse à passer un certificat d’ethnologie en 1950. G. Cœdès lui propose de remplacer les travaux pratiques du musée de l’Homme par la traduction, avec lui, de ce qui passe pour le premier texte thaï, le Traibhumikathâ, un traité de cosmologie bouddhique sur Les trois Mondes. En 1951, G. Cœdès suscite sa nomination à l’EFEO et son départ au Laos, où il restera cinq ans, enquêtant principalement dans le sud et le centre du Laos. En 1956, il accomplit une mission de quelques mois en Malaisie, parmis les populations dites Sam Sam, puis prépare une thèse sur l’histoire et l’organisation rituelle de Basac-Campasak, qu’il soutient en 1959, à Paris. Ensuite, il s’installe à Bangkok, d’où il exploitera jusqu’à la fin de sa vie les manuscrits et documents rapportés du Laos. Dès son arrivée au Laos en 1951, Ch. Archaimbault prend conscience que, en dehors de la littérature et de l’art, presque personne n’a véritablement étudié la société lao. Bravant souvent les interdictions de déplacement imposées par l’administration, il s’applique à recueillir et analyser les traditions régionales à Luang Prabang, Xiengkhuang, Vientiane et Campasak. Partout, il recherche des informateurs, puis note, recoupe, vérifie, compare, à la fois entre elles et avec les sources écrites, les traditions vivantes orales rituelles ou littéraires, souvent méprisées par les érudits au profit du seul écrit. Ch. Archaimbault a la chance de nouer d’excellentes relations avec le prince Boun Oum à Campasak et, à Xiengkhuang, avec Chao Sai Kham, descendant des chefs de la principauté des Phuan. Grâce au premier, il comprend comment les rituels, l’histoire et même la politique sont, dans cette principauté du Sud Laos, profondément marqués par le souvenir obsédant d’une tare originelle qui obère son destin. Ch. Archaimbault poursuit sa recherche par, notamment, une étude comparative de la course des pirogues à Luang Prabang, Vientiane et Campasak. Pour Xiengkhuang, en raison de l’évolution de la guerre dans cette région, Ch. Archaimbault ne peut développer aussi complètement sa recherche. Il publie toutefois les Annales de Xiengkhuang, ainsi qu’une étude du jeu de hockey – le ti khi – dont la fonction symbolique serait de soulager la conscience collective d’une trahison ancienne – ici « politique » – grâce à une purification annuelle. Ethnographe méticuleux et ethnologue spéculatif, Ch. Archaimbault peut être également considéré comme un historien des religions. La plupart de ses observations l’ont amené à rencontrer le bouddhisme, ou, plus exactement, des rituels où des bonzes entrent en scène, où des mantra bouddhiques sont psalmodiés, où le karma constitue le décor cosmologique de fond. Mais il ne voit pas pour autant dans le bouddhisme laotien la religion fondamentale. Même quand il se penche sur les fêtes des that (stûpa), il découvre tout un complexe de croyances sous le vernis doré de la religion maintenant officielle. Charles Archaimbault, incontournable pour l’étude du Laos, a tenté d’en décrypter l’imaginaire, d’identifier les « structures » et d’articuler les « complexes ». (Source : Répertoire biographique des membres scientifiques de l’EFEO)
Provenance : Le fonds est composé d’archives de multiples provenances (Bangkok, Paris, Toulouse) et de versements successifs effectués à l’EFEO par Charles Archaimbault, par sa femme Madame Marie-Jeanne Archaimbault, après le décès de son mari, ainsi que par Monsieur Yves Goudineau, Directeur de l’EFEO, qui a recueilli une partie de ses manuscrits à Bangkok.
Modalités d'entrée dans la collection : Don
Accroissements : Aucun
Conditions d'accès : Librement consultable conditionnée par la justification d’une recherche
Conditions d'utilisation : Toute reproduction ou publication des documents est soumise à autorisation préalable. Mention recommandée pour une publication : École française d’Extrême-Orient, Bibliothèque de Paris, ARCH001.
Documents en relation :
Fonds de la photothèque de l’EFEO : négatifs, plaques de verres, diapositives, et tirages papiers.
Fonds de l’EFEO.
Fonds Musée Guimet.
Archives nationales du Cambodge.
Archives nationales d’Outre-Mer.
Localisation des originaux : Ecole française d’Extrême Orient
Bibliographie :
- GOUDINEAU, Yves, « Charles Archaimbault (1921-2001) », BEFEO, 88, 2001, pp. 6-16 (avec une bibliographie) ; LEMOINE, Jacques, « L'œuvre de Charles Archaimbault (1921-2001) », Aséanie, 7, juin 2001, pp. 169-184
- BAFFIE, Jean, « Bouddhas, Nagas et Lieux de Mémoire en RDP Lao. Essais à la mémoire de Charles Archaimbault suivis d’un inédit : Chefferie Lao. Cosmogonies, Structures Religieuses et Rituel. Par Charles Archaimbault, Jacques Lemoine Bernard Formoso, éd. », Moussons, 25, 2015, pp. 188-191.
Information sur le traitement : Nous avons conservé la typographie originale des textes et cahiers ce qui explique les variations orthographiques dans la transcription des mots lao d’un texte à l’autre. Le classement du fonds ainsi que la rédaction de cet instrument de recherche ont été réalisés par Maria A. del Alamo sous la direction de Clément Froehlicher.
Evaluation et tris : Aucune élimination n’a eu lieu.
Producteur du fonds ou collectionneur : Archaimbault, Charles (1921-2001)

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/